Nous n’arrêterons jamais de dire comment la Mauritius Football Association (MFA) est une fédération aux scandales à répétition. La disparition de plus de Rs 800 000 d’équipements de la marque Adidas pour le Club M dans les locaux même de la MFA à Trianon Housen’est que le sommet de l’iceberg. L’équipe de Samir Sobba fraîchement auréolé président de la MFA au profit d’un ruling «tailor made» par l’homme de loi, Ivan Collendavelloo avec qui il est proche politiquement, nous démontre encore une fois leur niveau. Cette fois, ce sont les licences de plus que 4000 footballeurs (national et régional confondus)qui sont concernées. Comme nous démontrons, preuve à l’appui, les licences des joueurs sont signées non pas par l’acting secretery de la MFA, Pathak Ballgobin, mais par… Sada Vuddamalay. Le hic dans l’affaire: ce dernier n’est plus secrétaire général de la MFA depuis…deux ans.
«Je suis au courant de cette information, mais honnêtement, j’ai pas vu les nouvelles licences de la fédération.  Donc je ne peux pas vous dire avec certitude que c’est bien ma signature. Par contre dans le programme informatique au départ, il y avait bien ma signature», a expliqué hier au téléphone Sada Vuddamalay lorsque Week-End l’a interrogé sur cette affaire. Il semblerait que l’ex-secrétaire général de la MFA, qui fut suspendu de ses fonctions dans le sillage du Forensic Report sur l’utilisation des fonds sous Goal II et III et qui fut par la suite blanchi par la police, est quelque peu étonné que sa signature soit encore sur les licences de la MFA.
«A priori, le programme informatique pour les licences permet le changement de signature. Car si jamais j’avais pris la retraite est-ce que cela veut dire que ma signature serait sur les licences tout la vie. Je ne le pense pas», avoue-t-il à Week-End. Reste maintenant à savoir quelles sont les conséquences de cette situation. «Vous me posez la question pour savoir si c’est une faute? Je peux me prononcer, même si a priori c’est une faute», explique encore l’ex SG de la MFA.  Mais qu’à cela ne tienne, il y a plus de 4000 joueurs qui évoluent à Maurice avec une licence qui porte la signature d’une personne qui n’est plus un officiel de la MFA depuis plus de deux ans.  Mais plus grave dans cette affaire est que après sa fabrication par la machine, les licences sont remises entre les mains de Pathak Ballgobin qui fait la livraison aux clubs après vérification.
Les scandales s’enchaînent surtout dans les régions qui ont apporté un soutien à Samir Sobha et son équipe de Judas. A Port-Louis par exemple, le comité présidé par Rehman Furjun a dû courber l’échine après avoir injustement pénalisé la formation de Nautilus, qui joue aujourd’hui pour le titre. Cette fois ,l’équipe de Rehman Furjun est en passe de faire une tentative de cover-up sur une fraude d’usurpation d’identité au profit d’une formation dans leur groupe, GRNW Puma.
En effet, Nista Harlem Herbu, ex-joueur de GRNO PUMA, est un joueur licencié de PAS Mate pour la saison 2014. En  avril dernier GRNO PUMA affronte l’Olympic St-Crois dans le cadre du championnat de Port-Louis Division 4. La formation de GRNO gagne son match par 6-0 dont deux buts inscrits sur la feuille du match par Nista Harlem Herbu. Comment c’est possible? Après enquête, le pot aux roses fut découvert; il s’avère qu’ à la place de Nista Harlem Herbu c’est son frère Zyguy Herbu qui  disposait d’une licence de PAS Arsenal  qui a évolué contre Olympic St-Croix. Cette dernière a fait une contestation et selon les premières informations disponibles, le comité régional de Port-Louis étudiera la validité de cette protestation cette semaine.