L’affaire Allata, la gestion de la Mauritius Football Association (MFA, l’application de nouveaux statuts votés et la formation des jeunes ont été les principaux thèmes abordés à la conférence de presse donnée par le groupe d’opposition jeudi à l’hôtel Labourdonnais.
Anwar Elahee est allé droit au but concernant l’affaire Allata. Il estime que la MFA et son président Vinod Persunnoo devront assumer leur part de responsabilité au lieu d’entrer dans un bras de fer avec le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). « Des doutes subsistes quant au rôle de la MFA dans cette affaire. Dans le passé, la MFA, en tant que fédération autonome, avait désigné des responsables à la tête du Club M sans avoir besoin du feu vert du ministère. Maintenant, la MFA veut donner l’impression que seul le ministère doit tout assumer. Nous, dirigeants de clubs, ne pouvons rester silencieux sur ce qui se passe. La MFA doit éviter de se mettre à dos un de nos principaux sponsors qu’est le MJS », a-t-il fait ressortir.
On se souvient que le président de la MFA avait révoqué le 23 octobre l’homme d’affaires italien Pietro Allata après les débats parlementaires menés par le leader de l’opposition sur les antécédents de celui qui allait être le directeur général du Club M.
S’agissant de la gestion à la MFA, l’opposition a dénoncé ce qu’elle appelle l’amateurisme pur et simple. Les dirigeants présents ont indiqué que l’administration roule au ralenti et que le président lui-même dirige la MFA sous contrainte. « Jusqu’où mèneront-ils notre football. Ils sont en train de jouer avec l’avenir du football. Selon nos renseignements, le secrétariat subit de la pression de certains membres de l’exécutif. Devant une telle tournure, nous demandons la démission immédiate du président Persunnoo et des membres du comité exécutif », a ajouté le dirigeant de l’ASPL 2000.
En ce qui concerne les nouveaux statuts votés en août dernier, Samuel Conty a laissé entendre que rien n’a été fait depuis pour les mettre en application. Anwar Elahee a déploré le manque de considération de la MFA envers les jeunes du Centre technique national François-Blaquart. « Depuis le départ du DTN Christophe Desbouillons il y a déjà cinq mois, aucune action concrète n’a été entreprise pour le fonctionnement de la formation. Le président de la MFA avait dit que Jean-Michel Bénézet viendrait à Maurice pour évaluer les candidats mauriciens au poste de DTN. Depuis, plus rien. »
Samuel Compty a aussi cité le Club M, dont les joueurs ne perçoivent pas d’allocations financières alors que la MFA parle de professionnaliser le football. Anwar Elahee a aussi fait ressortir que la MFA aurait dû organiser son assemblée générale depuis fin septembre. Mais là aussi, a-t-il dit, l’instance de Trianon est en retard et les finances ne sont pas au beau fixe.