Le forfait des Coelacanthes fait l’affaire de La Réunion et de Maurice au tournoi masculin. Les Comores ayant mis leurs menaces à exécution, ces Jeux se dérouleront sans eux, laissant ainsi le champ libre à la qualification pour le dernier carré à leurs adversaires du groupe B. Les Mauriciens, qui étaient censés en découdre avec la formation d’Hamada Jambay hier au Port, ont empoché les trois points de la victoire sans forcer.
« N’importe quelle équipe dans notre situation serait contente d’obtenir le gain d’une rencontre, quelles que soient les conditions, avec en prime une place en demi-finale », souligne Andy Sophie, l’attaquant du Club M. « En tant que compétiteur, cependant, on aurait aimé disputer ce match. C’était l’opportunité pour nous de démontrer que notre défaite en ouverture (1-0 contre La Réunion) n’était qu’un accident et que nous pouvons faire mieux ».
Le joueur des Marsouins ne cachait pas sa déception de voir un pays quitter la scène de cette façon. « Je m’associe à la douleur des sportifs comoriens qui se sont donnés à fond durant des mois pour cette compétition. Ils étaient là, prêts à en découdre, et on leur prive de ça pour des raisons extra-sportives. C’est dur ».
Comme Maurice, deuxième du groupe, La Réunion n’aura eu qu’un match avant d’entamer la phase des demi-finales. « C’est vraiment dommage, concède Jean-Pierre Bade, le sélectionneur du Club R. Nous sommes là pour jouer, mais ma première pensée va pour les athlètes comoriens, qui se retrouvent privés de compétition, alors qu’ils ont bossé pour ça. Quant à nous, il va falloir combler le manque ».
Avancée par les Mauriciens, l’hypothèse d’un match retour comme en 1998 (déjà entre Maurice et La Réunion) ou en 2003 (La Réunion et Comores), a été vite écartée. « À la différence des précédentes éditions, la compétition a démarré avec un calendrier déjà établi en présence des Comores », explique Jacques Lopez, cadre technique à la ligue réunionnaise de football et membre de la commission technique des JIOI.
« Un résultat par forfait a déjà été entériné, on ne peut plus reconsidérer le déroulement de la phase éliminatoire. En revanche, dans un souci que Maurice et La Réunion puissent avoir un deuxième match dans les jambes avant les demi-finales, le camp réunionnais a proposé aux Mauriciens l’organisation d’un match amical pour mardi (demain). Ce serait intéressant, de façon à permettre aux remplaçants de s’exprimer. On attend la réponse de nos confrères ».
Une proposition à laquelle le Club M, à la sortie de sa séance d’entraînement hier à Lambrakis, a décidé de ne pas donner de suite. La Réunion devra se trouver un autre sparring-partner pour préparer sa demi-finale. Les Mauriciens en cherchent un aussi.