La sélection mauricienne a réalisé un match nul (2-2) face au Burundi, hier, dans le cadre du premier d’une série de matches amicaux, au stade George V. Dans une rencontre marquée par le retour d’Andy Sophie sur le front de l’attaque, les Mauriciens ont laissé comme un goût d’inachevé au public venu les soutenir, même si l’entraîneur national, Didier Six, parle d’une technique à maîtriser.
« Nous n’avons pas eu le match en main. Nous avons marqué parce que les occasions se sont présentées », lâche Didier Six, après le match. Pourtant, lorsque Maurice mène 2-1 avant la mi-temps, le public commençait déjà à exulter. « Nous posons les bases d’une nouvelle formation. Ce n’est pas en quelques jours que nous allons voir les résultats », explique-t-il.
Mais il n’empêche que le stage bloqué a été bénéfique, dans la mesure où les Mauriciens commencent à faire preuve de réalisme. La rencontre, en elle-même, a été une succession d’occasions de part et d’autre du terrain. Si les joueurs débutent timidement, par contre, la première chance de but est mauricienne. Lorsque, tirant profit d’un ballon hérité, Andy Sophie fusilla Mac Arthur Arakaza. On joue seulement la 9e minute.
Les Hirondelles s’en iront ensuite à l’assaut des buts de Christopher Casernes, sans que celui-ci ne soit vraiment inquiété. Mais la défense affichait une certaine fébrilité, cristallisée par cette faute dans le carré de réparation, à 17e minute. L’arbitre de la rencontre, Ganesh Chutoory, désignait le point réparateur. Le capitaine burundais, Saidi Ntibazinkisa, ne se fit pas prier pour remettre les équipes à égalité (1-1).
Maurice repartait à l’assaut des cages de Mac Arthur Arakaza, mais les tentatives butaient sur le gardien burundais. Cependant, les Mauriciens tiraient profit d’un coup franc de génie de Bruno Ravina, lorsque celui-ci trompa Arakaza d’un tir qui partit se loger au fond des filets. À 2-1, les Mauriciens se retrouvaient un peu plus à l’aise à la mi-temps, même si les Burundais se rappelaient souvent aux bons souvenirs de la défense.
De retour de la pause, les Hirondelles forçaient Christopher Casernes à effectuer des sorties parfois très hasardeuses, sans que celui-ci ne soit toutefois réellement mis en danger. Cependant, à la 67e minute, un tir de Pierre Kwizera frôlant le montant de Casernes annonçait la suite. Dix minutes plus tard, Saidi Ntibazinkisa envoyait le cuir au fond des filets sur un coup franc admirablement bien exécuté.
Ce deuxième but encaissé a permis à la sélection mauricienne de retrouver son allant, mais l’attaque des rouges butait toujours sur une bonne défense burundaise. De l’autre côté, les défenseurs mauriciens faisaient aussi le métier, endiguant les attaques adverses. L’entrée en jeu d’Ashley Nazira (Jonathan Justin, 73e) et Nick Curpanen (Andy Sophie, 79e) n’a pas changé grand-chose à l’issue du match.
« Les joueurs ont été placés dans une situation qui n’était parfois pas évidente. Mais ils ont su réagir positivement, même s’il y a encore des erreurs à corriger », remarque le sélectionneur quadricolore. D’ailleurs, l’un des aspects à travailler sera le temps de réaction de l’équipe. « En fait, le Burundi a senti notre hésitation et en a profité pour nous mettre en difficulté ».
Du côté du Burundi, Cédric Kaze se dit satisfait de l’issue de la rencontre. « C’était un très beau match, même s’il y a eu quelques frictions qui s’expliquent par deux équipes qui voulaient bien faire ».
Didier Six, lui, se penche déjà sur la prochaine sortie de ses protégés, samedi, contre le Togo. « Je connais un peu mieux les Togolais. Mais surtout, ils sont 64e au classement de la FIFA. Ce sera autre chose », admet-il.