Le Petite Rivière Noire FC a remporté, hier au stade Anjalay à Belle Vue, la MFA Cup pour la deuxième année consécutive en disposant du Pamplemousses SC sur le score de 2-0. Deux buts, l’un en début de partie et l’autre en fin de rencontre, qui ont suffi au bonheur des joueurs de Twaleb Fatemamode et qui les qualifient pour la Super Cup ce mercredi contre La Cure Sylvester au stade St François Xavier.
Dans une rencontre où Petite Rivière Noire n’était pas donnée favorite — son gardien Ivanh Marie José suspendu, son meilleur buteur Gurty Calembé blessé —, les joueurs de l’Ouest ont vite pris la rencontre à leur compte. Des passes bien appuyées, un football total qui s’est vite concrétisé par un premier but, signé Benjamin Leu, qui reprenait victorieusement un ballon repoussé par Kevin Jean-Louis (5e).
Les Nordistes réagissaient dans la foulée, avec Kevin Perticots qui se présentait seul face à Jean-Jacques Taré, qui remplaçait pour l’occasion Marie José. Une occasion que le jeune ailier gâchait par précipitation. « Rien n’a fonctionné aujourd’hui », lâchait, dépité, Henri Spéville, l’entraîneur de Pamplemousses.
Le match a parfois sombré dans la brutalité, à l’image de ce choc entre Branly Zizi et Christopher Bazerque à la 30e. Les deux équipes étaient d’ailleurs rappelées à l’ordre par Zaheer Mudhoo, l’arbitre de la rencontre. Les deux formations se verront obtenir chacun un coup franc dans la foulée, sans conséquence cependant sur le score.
De retour de la pause, les deux équipes se voulaient plus prudentes, mais aussi plus entreprenantes. En fait, Petite Rivière Noire remportait la bataille du milieu de terrain en ayant fait jouer Bazerque plus haut que son poste de défenseur habituel. « C’était difficile. Mais nous avions confiance en nous », affirme Twaleb Fatemamode.
La confiance, c’est justement ce qui a manqué à Pamplemousses au moment d’aborder la deuxième tranche. Par contre, Petite Rivière Noire appliquait un froid réalisme, ce qui a conduit à un deuxième but de Stéphane Pierre, invalidé pour hors-jeu qui, soit dit en passant, était loin d’être évident.
« Nous n’avons pas été créatifs. Nous n’avons pas su profiter des occasions », admettait Henri Spéville. Il apportait d’ailleurs une autre touche à son secteur offensif en faisant entrer Roddy Edwards à la place de Kevin Perticots (69e), mais Pamplemousses ne trouvait toujours pas la faille. Stevenson Hollingsworth non plus ne pouvait tromper la vigilance de Jean-Louis (70e),
mais la persévérance finit par payer.
À force d’e prendre d’assaut les buts de Jean-Louis, le deuxième but survient à la 82e, lorsque, profitant d’un corner de Stephane Pierre, Francis Rasolofonirina s’élevait plus haut que la défense nordiste et trompait le portier du Pamplemousses SC. À 2-0 la messe était dite.
« Ce match était particulier. Déjà, il y avait le contexte du terrain, mais nous savions que nous pouvions tenter quelque chose », expliquait Twaleb Fatemamode. Revenant sur la saison de son équipe, il parle d’une cinquième place satisfaisante dans la BMPL. « Considérant que nous avions eu des soucis en cours de route, on peut dire qu’il y des motifs de satisfaction ».
Mais ce sacre ne veut en aucun cas dire que la quête de trophées est finie. Il reste encore la finale de la Super Cup à jouer ce mercredi contre La Cure Sylvester, vainqueur de la Republic Cup. « Nous pouvons toujours aller réaliser le triplé (Charity Shield-MFA Cup-Super Cup). En tout cas, nous serons à la hauteur », conclut-il.