Même refoulés sur le parvis de la MFA House sur ordre du nouveau comité directeur, les 21 délégués présents ont pu tenir l’assemblée générale extraordinaire hier à Trianon.
 Ils ont renversé la décision du comité prise hier en ce qu’il s’agit de la formule de compétitions (dont le maintien de la Premier League) tout en votant à l’unanimité la motion de no confidence contre ce même comité, et exigeant également un retour aux urnes.
Le groupe d’opposition et les proches du président déchu, Vinod Persunnoo, ont finalement pu réunir le quorum (21 sur les 37 délégués) pour cette AG extraordinaire malgré l’absence des membres du nouveau comité directeur. Ils ont été cependant interdits d’accès à l’intérieur de la MFA House par le comité directeur qui a annulé cette AG extraordinaire.
Le secrétaire général, Sada Vuddamalay, s’est vu confier la délicate tâche de fermer à clé la porte centrale à 16h05 après le départ de tous les employés. Une situation qu’ont déplorée tous les délégués présents. « À peine installés, ils se croient déjà propriétaires de la Maison du football. C’est aberrant que nous devrons tenir une aussi importante AG en dehors de notre quartier général », ont-ils martelé.
La réunion a débuté à 17h. En l’absence du président de la fédération, Anoop Madhow, les membres ont voté un président et un secrétaire de séance, respectivement Nazeer Bowud et Rajen Venkatachellum, comme l’exigent les règlements. La première motion qu’était la réintégration de l’USBBRH a été proposée par Prem Jodha, secondée par Samuel Compty et votée à l’unanimité.
Le président de l’USBBRH, Philippe Boudou, a expliqué dans quelles conditions son équipe a été sanctionnée et la requête faite pour reconsidérer son cas. « Je pense que justice a été faite. Je retourne en D2. Je remercie tous ceux qui sont venus soutenir cette motion aujourd’hui (ndlr : hier) », a-t-il déclaré.
Puis, le président de séance a lu la deuxième motion qu’est la réintégration de l’Étoile de l’Ouest en D1. Motion proposée par Vishal Goomanee et secondée par Prem Jodha. Encore une fois, tous les membres ont voté pour. Le président de la formation de Bambous, Mervyn Édouard, se rejouit que son équipe a été rétablie dans ses droits.
Cercle de Joachim déclassé
« Nous n’avons pas eu l’occasion de nous exprimer par rapport à ce match face au CSSC. Nous avons tout de même présenté sept joueurs. J’ai pris connaissance de la suspension du club par la presse sans avoir été convoqué à une réunion. Cela dit, je pense que nous méritons de retrouver la D1 au lieu de la D2. »
La réintégration de l’Étoile de l’Ouest permet donc au Curepipe Starlight SC de se retrouver parmi les huit premiers du dernier championnat de première division, déclassant le Cercle de Joachim à la 9e place. Le président du CSSC, Harold Mayer, avait d’ailleurs attiré l’attention de la MFA sur cette maldonne depuis juillet dernier.
« Ce qui était choquant dans cette affaire, c’est que la MFA avait pris cette décision en se basant sur des rumeurs de match truqué. Nous nous sommes sentis insultés. Après le refus de la MFA de nous accorder un arbitrage, nous avons sollicité la cour. La MFA avait demandé à la cour de hold on sa décision vu la tenue de cette AG extraordinaire où le cas du CSSC devrait être pris », a fait ressortir Harold Mayer.
Les délégués ont aussi voté pour le maintien des trois divisions, la Premier League, et les première et deuxième divisions, contrairement à ce qu’a décidé le nouveau comité directeur de revenir à l’ancienne formule avec une D1 à treize clubs et une D2 avec le même nombre d’équipes. Ils vont plus loin en demandant que le Cercle de Joachim évolue en D1 la saison prochaine.
La troisième motion déposée, soit « Motion of no confidence against the President and Members of the National Managing Committee of the MFA », a été présentée par Samuel Compty du comité régional de BBRH. « Nous voyons qu’il y a trop de dissensions entre les membres du comité directeur. Afin de ne pas prendre le foot en otage et de poursuivre la bataille juridique, seule une assemblée générale peut proposer la solution en accueillant de nouvelles élections pour élire un nouveau comité directeur légitime », a-t-il souligné.
Ces décisions prises, selon les 21 délégués, sont valides et le comité directeur devra les appliquer. « D’ailleurs, avec cette motion de no confidence par la majorité des membres de l’AG, techniquement, ils doivent partir. Question de moralité, comme dans mon cas », a conclu pour sa part Vinod Persunnoo.
____________________________________________________________
Anoop Madhow : « AG illégale »
Le nouveau président de la MFA, Anoop Madhow, maintient que cette assemblée générale extraordinaire est illégale. « Je ne ferai pas de commentaires si ce n’est qu’ils viennent prouver la légalité de cette réunion et ceux qui sont mandatés par leurs clubs respectifs. S’ils arrivent à le faire, nous entérinerons les décisions prises », nous a-t-il confié.
_____________________________________________________________
Les délégués présents
Rishi Kooblall (US Highlands), Cyril Palmyre (PAS Mates), Harold Mayer (CSSC), Jean-Rodolphe Laboudeuse (Petite Rivière Noire FC), Nazeer Bowud (ASVP), Anwar Elahee (ASPL 2000), Vinod Persunnoo (Quartier FC), Manoj Ramkurrun (Rivière-du-Rempart Star Knitwear), Benjamin Fidèle (AS Quatre-Bornes), Mervyn Edouard (Etoile de l’Ouest), Gérard Lepoigneur (Savanne SC), Benjamin Paul  (Bolton City), Vinod Busviah (Rivière-du-Rempart), Prem Jodha (Rivière Noire), Maurice Elysée (Rodrigues), Arvin  Bhojun (Pamplemousses), Ravindranath Nundoolall (Grand Port), Gunngabissoon Nuckchadee (Moka), Samuel Compty (BBRH), Rajen Venkatachellum (Curepipe) et Vishal Goomanee (Vacoas/Phoenix)
_____________________________________________________________
Arvin Bhojun: «J’ai maintenu ma présence»
Alors que dans la correspondance envoyée à tous les clubs membres et comités régionaux, il a mentionné que le représentant de Pamplemousses, Arvin Bhojun, s’est dissocié de ces motions. Or, le principal concerné s’est présenté à l’assemblée générale extraordinaire, hier. «Ce n’est pas vrai de dire que j’ai retiré ma signature. J’ai maintenu ma signature pour les trois motions à l’ordre du jour. Je pense qu’il y a eu un malentendu. Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est en grande partie à des gens qui ont pris la parole. Il est grand temps de travailler pour le football comme l’a fait ressortir Harold Mayer», a-t-il déclaré à la presse. Quant au président du CSSC, Harold Mayer, il s’est appesanti sur l’urgence de clarifier la situation et de savoir qui va gérer. «Il est important d’avoir un leadership et une équipe forte pour relancer notre football. Crevons l’abcès et votons à l’unanimité pour un nouveau comité avec un code d’éthique», a-t-il proposé.