Vinod Persunnoo, restitué dans ses fonctions de président de la Mauritius Football Association (MFA), a tenu un point de presse ce matin à Trianon pour élaborer sur la correspondance de la FIFA, obtenue vendredi dernier.
« Ma priorité désormais est de stabiliser la fédération, a-t-il résumé. Je peux vous dire aujourd’hui que j’ai un sentiment de dégoût. Nous vivons une situation pareille pour la première fois. C’est inadmissible qu’on ait voulu me destituer derrière mon dos. C’est aussi un manque d’éthique et de professionnalisme. »
D’emblée, il s’est appesanti sur les raisons qui l’ont motivé à informer la FIFA. Il soutient que ce combat n’était pas personnel mais qu’il défendait la cause de l’Office du Président. « Je pense que c’est une référence non seulement pour le foot mais également pour le sport en général. Je suis également attristé de l’ingérence de la politique dans ce conflit. J’ai mes renseignements. »
Pour en revenir à la lettre de la FIFA, selon un extrait lu par Vinod Persunnoo, il est mentionné que « after a thoughtful analysis of the MFA Statutes, it appears that the right to call off members of the NMC, amongst which the president, would be reserved to the NGA in accordance with art. 27.2 in combination with art 18.5.10 of the MFA statutes. As a consequence, the move of the above mentioned 8 members does not seem to be in accordance with the relevant provisions of the MFA statutes as any removal of any member of the NMC appears to lie with the NGA. »
Par ailleurs, Vinod Persunnoo a souligné que la FIFA n’a pas préconisé de nouvelles élections mais de ramener la stabilité. « Cela dans le but d’organiser une assemblée générale spéciale avant le 16 décembre pour adopter de nouveaux statuts pour être en conformité avec la FIFA. »
« Under these circumstances, we strongly recommend that MFA adopts new FIFA-conform statutes and then proceed with elections to the next texts. Therefore and taking for granted that you will integrate the said comments, we will invite you to convene an extraordinary NGA to adopt the new statutes in a very short time but no later than 16 December 2011 when the FIFA EX Com will be meeting and therefore be in a position to discuss the issue shloud the deadline not be met », fait encore ressortir la correspondance.
Les huit contestataires du comité directeur se réuniront cet après-midi pour réfléchir à la marche à suivre. Il nous revient même que les huit contestataires n’ont pas encore eu une copie officielle de la lettre si ce n’est que quelques-uns n’ont pu que la lire. Ils attendent que Vinod Persunnoo dévoile le contenu pour discuter des actions à prendre.
« Nous aurons une rencontre cet après-midi pour disséquer les grandes lignes de cette lettre qui devrait être rendue officielle par Vinod Persunnoo. Pour nous, certainement qu’il y a débat entre les directives de la FIFA et les lois du pays car la cour nous avait donné gain de cause pour aller de l’avant avec notre réunion d’urgence. Attendons de voir ce qui va sortir du chapeau », nous a confié Anoop Madhow.
Ce dernier estime aussi que la meilleure solution dans ce cas est d’organiser de nouvelles élections au plus vite. « Il se peut que nous démissionnions en bloc. Pour nous, un retour aux urnes sera des plus logiques », a-t-il conclu.