Les responsables et dirigeants de 25 clubs de la Première League, Première Division et Deuxième Division avaient hier matin rendez-vous à la Football House de Trianon.  Pour cause, le gouvernement, par le biais du ministère de la Jeunesse et des Sports, a décidé de lâcher le cordon de la bourse après que les différents championnats ont enfin débuté après plus d’un mois de guerre intestine au sein de la direction de la Mauritius Football Association. Comme le calme, apparemment certain, est arrivé hier, c’était donc les rires et les blagues à la Football House, malgré l’absence remarquée du président officiel de la MFA, Vinod Persunnoo. Quelque Rs 6,310 millions ont été distribuées aux clubs de ces trois championnats avec Rs 325 000 pour les six formations de la Première League, Rs 210 000 pour la D1 et Rs 200 000 pour la D2. A cette occasion, le ministère Devanand Ritoo n’a pas manqué de s’en prendre à ceux qu’il considère comme «la poussière ki pas oulé laisse machine-là marché.» Allusion à la conférence de presse animée par trois dirigeants de fédération et une dirigeante de club vendredi qui s’en sont  violemment pris à sa personne.
Mais d’entrée de jeu, Samir Sobah qui dispose des pouvoirs du président de la MFA a salué les clubs pour s’être déplacés un samedi matin à Trianon et s’est excusé auprès de ces derniers pour le retard accumulé pour le début du championnat en raison des problèmes internes au sein de la direction de la MFA. «Désormais, nous commençons une nouvelle page de notre football et le soutien financier qu’offre le gouvernement est une bouffée d’air frais. Je suis certains que vous allez faire bon usage de ce fonds, même si nous savons que ce n’est pas suffisant vu le poids que représente la gestion d’un club. Mais nous tenons quand même à remercier le ministre pour ce geste», a souligné Samir Sobab.
Pour le président du Competition Committee , Anoop Madhow, ce nouveau geste du gouvernement est le signe «évident de la solidarité montré par le gouvernement envers le football. «C’est la 2e fois que le ministre vient à la Football House pour la remise de ces chèques aux équipes. Nous ne pouvons qu’être reconnaissants d’autant plus que l’état à travers le MSC met également à notre disposition les stades et les autres infrastructures », a souligné le vice-président de la MFA.
Comme il fallait s’y attendre, la situation dans laquelle vient de passer la MFA a fait l’objet de commentaires de la part de celui qui fut durant une courte durée président de cette fédération. «Dans cette affaire, nous avons pris notre responsabilité. Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que nous avions raison d’agir ainsi. Tous les clubs ont obtenu un lot d’ équipements, alors que les régions ont été dotées d’équipements informatiques pour faciliter la communication et les tâches administratives avec la MFA. Notre challenge à nous tous aujourd’hui c’est de redorer notre blason et mettre tout en oeuvre pour avoir un championnat de qualité», a-il souligné.  Dans la foulée, Anoop Madhow a lancé un appel pour que les différentes équipes mettent les bouchées doubles pour la mise en place des fans clubs.
«C’est une nouvelle occasion qui nous est offerte et nous devons prendre notre responsabilité. De notre côté, la majorité au sein de la MFA a pris ses responsabilités pour apporter le changement nécessaire. Nous sommes des gens de bonne volonté issus du football. Nous ne sommes pas comme ceux qui ont besoin d’une béquille pour pouvoir fonctionner. Le football à Maurice c’est nous. Donc laissez nous travailler tranquillement et ne mettez pas votre nez dans nos affaires», a martelé Anoop Madhow.
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, s’est pour sa part appesanti sur le fait que le geste du gouvernement est avant tout motivé par le fait que le football reste le sport favori des Mauriciens. «Cette argent était là et nous attendions que le début des compétitions et le feu vert de la MFA pour allouer les grants. je suis heureux  avant tout aujourd’hui puisque je sais comment il est difficile de gérer un club sans argent. Le gouvernement est committed envers vous et nous pouvons même faire plus. Mais il faut d’abord qu’il y ait la qualité», a soutenu Devanand Ritoo. Ce dernier s’est dit attristé que les querelles au sein de la MFA ont privé la sélection nationale, le Club M, d’une participation dans les éliminatoires de la coupe du Monde 2014.  «C’est triste ce qui s’est passé avec le Club M, d’autant plus qu’il faut savoir que mon ministère a investi quelque Rs 38 millions dans le football ces derniers temps. Comment est-ce possible quand on fait autant d’effort que les récompensent ne viennent pas? Notre succès dépend sur notre travail. Pas écoute sa ban la poussière qui pas oulé qui machine là marché. Ki pé rode chaque ti zafer pou alle rapport fédération internationale. Qui va souffrir si une fédération est suspendue? Ce sont les sportifs avant tout. Personne d’autre. S’il y a un problème je pense qu’en adulte et dirigeants responsables, des solutions sont possibles, comme cela a été le cas dans le football», a insisté le ministre.
Ce dernier a annoncé que très bientôt le football sera  concerné par le projet Sports-Etudes. Dans ce cadre, un Memorundum of Association sera signé avec la Fondation pour la Formation du Football, pour la prise en charge du centre technique de Réduit.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Point Chauds
L’addiction chronique d’une entraîneur de football à la cigarette commence à poser un sérieux problème dans ses fonctions. L’homme dit-on doit souvent quitter les réunions pour aller «fumer une clope» à l’extérieur alors que durant les séances d’entraînement, il doit souvent se mettre face à la barrière pour passer ses envies. Mais reste que l’interdiction de l’usage de la cigarette dans tous les lieux sportifs pose un sérieux problème à cet entraîneur aux énormes salaires.