Le Club M n’a plus les cartes en mains, se retrouvant dans l’obligation de s’imposer cet après-midi à Luanda (18 h) au Estadio 11 de Novembro face à la sélection angolaise, lors du match retour des préliminaires du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2018. Battus sur le plus petit score qui soit au stade Anjalay dimanche dernier, les protégés de Joe Tshupula sont désormais condamnés à l’exploit.
S’étant incliné 1-0 face à l’Angola lors de la COSAFA Castle Cup 2017 en Afrique du Sud, le 25 juin, le Club M s’est à nouveau fait battre par les Palancas Negras, dimanche dernier au stade Anjalay, pour le compte du deuxième tour qualificatif (zone sud) du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2018. Autant dire que les locaux n’ont pas vraiment été étincelants dans le jeu, enregistrant seulement deux tirs cadrés; le premier par l’entremise d’Adel Langue (46e) et le deuxième par Francis Rasolofonirina dans les arrêts de jeu de la fin du temps règlementaire. Le sélectionneur Joe Tshupula avait, par ailleurs, indiqué après la rencontre que son équipe n’avait pas été assez agressive en attaque, étant plus tranchante défensivement. 
Toutefois, les statistiques sont là : aucun but marqué pour Maurice et un encaissé. Les Angolais étaient venus pour faire le boulot, et ils ont regagné leurs terres en pleine confiance. À l’aller, ils ont été efficaces dans tous les secteurs du jeu. Le trio Adriano Belmiro-Ricardo Estevao-Nelson Luz, a été le plus remarquable sur le plan offensif. D’ailleurs, c’est Belmiro qui a poussé, le portier mauricien, Kevin Jean-Louis, à la faute dans la surface de vérité (26e). Adriano Belmiro s’est chargé de transformer le penalty et bien que Kevin Jean-Louis soit parti du bon côté, il n’a pu toucher le ballon qui a été tiré à ras de terre.
Une fois n’est pas coutume, le gardien mauricien a limité la casse pour les siens, autrement le score aurait été plus lourd et le match retour aurait perdu de toute son importance. Toutefois, pour que le Club M arrive à renverser la vapeur, il faudra être plus entreprenant dans le secteur offensif. Une mission délicate au vu de la confiance prise par les Antilopes Noires. « On a eu beaucoup d’occasions, mais on n’est pas arrivé à les concrétiser. Au retour devant notre public, nous jouerons avec plus de confiance », avait déclaré Roberto Bianchi, le sélectionneur de l’Angola.
Compte tenu du fait que le Club M a beaucoup de mal à voyager, on voit mal comment il pourrait renverser la vapeur. Mais mathématiquement, tout reste encore jouable d’autant que l’Angola n’est pas un « monstre » du continent. Les coéquipiers d’Adel Langue devront avoir un mental solide, faire fi de l’adversité et tenter de prendre le jeu à leur compte. L’idéal sera d’ouvrir le score dès les premières minutes pour cueillir à froid les Antilopes Noires et essayer d’aller chercher le but de la victoire. Mais il faut pour cela être capable de gérer les temps forts et les temps faibles et ne pas encaisser de but.
La défense devra être en mesure de tenir la baraque et, devant, les attaquants devront faire le travail. Ce qui n’est guère une mince affaire compte tenu de la physionomie de la manche aller. Un sursaut d’orgueil est attendu des Mauriciens, qui se retrouvent dans l’obligation de faire honneur au quadricolore national. Même s’ils ne parviennent pas à obtenir la qualification, une victoire ne ferait pas de mal…