Le secrétaire de la Mauritius Football Association (MFA), Bhurdwaz Mungur, a convoqué une réunion urgente du comité directeur pour lundi après-midi (16h30) à Trianon. Cela fait suite à la correspondance des huit membres de l’exécutif qui réclament un remaniement du bureau.
« Selon les règlements de la MFA et du Sports Act, j’ai fixé cette réunion urgente à lundi. D’autant qu’il fallait respecter les critères de trois jours dans la convocation des membres. Deux motions figurent à l’agenda. Je tiens à préciser que je n’ai fait qu’appliquer la loi en toute neutralité », nous a confié ce matin Bhurdwaz Mungur.
Les membres du comité directeur ont été avertis depuis hier. À l’agenda donc, on retrouve la motion de no confidence et la proposition de remanier le comité directeur vu que les huit signataires de la pétition ont évoqué la mauvaise gestion de l’actuel président, Vinod Persunnoo.
Anoop Madhow, l’un des huit signataires, nous a confirmé la tenue de cette réunion jugée cruciale pour l’avenir du football mauricien. « Effectivement, nous aurons cette réunion urgente lundi. Le délai a été respecté et nous verrons de quoi il en sera », a-t-il souligné.
D’autre part, il a aussi fait ressortir que c’est une démarche collective et non pas l’action de quelques membres. « Le fait que huit membres ont signé la lettre, notamment tous les vice-présidents, démontre que la majorité du comité en a ras-le-bol de sa gestion, de son attitude et de sa vision. Il faudra prendre une décision le plus vite possible vu que des dossiers importants devront être traités comme la venue du Sénégal et du Liberia ainsi que le début des compétitions nationales. »
Pour rappel, les huit membres qui avaient apposé leurs signatures sur la pétition envoyée au secrétaire dimanche dernier sont Anoop Madhow (1er vice-président), Mustapha Chitbahal (2e vice-président), Mario Thomas (3e vice-président), Abdool Rehman Furjun (assistant-secrétaire), Ram Narrainen (trésorier), Barlen Sengayen (assistant-trésorier), Sameer Sobha et Naraynen Kisten (membres). Ils ont justifié leur démarche en déplorant une mauvaise gestion des affaires de la fédération.
Il se trouve aussi que le secrétaire général, Sada Vuddamalay, qui était en mission en Égypte, a dû écourter son passage vu la situation qui prévaut à la fédération.