Le 1er mars dernier, les dirigeants de la formation de Ste Croix, Nautilus, sont informés, à travers une correspondance du comité régional de Port-Louis, d’une décision prise par un comité disciplinaire le 28 février à leur encontre. Conséquence: retrait de trois points et de trois buts. La raison: le comité régional estime que Nautilus a utilisé un joueur suspendu, en l’occurrence Stephan Chery, lors de son premier match de championnat de la première division disputé le 22 février dernier au stade Kaya à Roche Bois, cela à la suite d’une protestation de Cercle de Pointe-aux-Sables. Ce que contestent les dirigeants de Nautilus qui estime que le match perdu face à Autruches le 8 février dernier lors des quarts de finale du Trophée de la Jeunesse est une compétition de la municipalité de Port-Louis et non de la Mauritius Football Association. Ils ont fait appel contre cette décision, mais sont toujours dans l’attente d’une réponse trois semaines après !
Le bras de fer est engagé entre Nautilus et le comité régional de Port-Louis. Les dirigeants de club de Ste Croix ne comptent d’ailleurs pas lâcher l’affaire aussi facilement comme l’a déclaré à Week-End son président, Gervais René (Vedoo), en fin de semaine. « Si nous avons décidé de ne pas rester les bras croisés, c’est parce que nous estimons que nos droits ont été lesés dans cette affaire. Le Trophée de la Jeunesse est une compétition organisée par la mairie de Port-Louis et non par la MFA. On indique que nous avons joué avec une licence de la fédération, mais à ce que je sache, certaines équipes n’en avaient pas, de licence « , a-t-il indiqué.
Pour Gervais René, les procédures n’ont pas été respectés dans ce cas précis. « Il est clair que quelque part, il y a eu un manque de professionnalisme flagrante. » Car selon lui, à aucun moment, le comité régional n’a averti le club par voie postale ou par SMS de la suspension de Stephan Cherry avant le premier match de championnat. Ce dernier ayant été expulsé lors des quarts de finale du Trophée de la jeunesse pour accumulation de cartons. « Ce qui est encore plus inquiétant, c’est qu’à l’heure où je vous parle, soit un peu plus d’un mois après cette sanction, le comité régional ne nous a toujours pas informé de la durée de la sanction du joueur. Selon les règlements, un joueur qui écope de deux cartons jaunes est suspendu pour le prochain match. Nous n’avons reçu aucune correspondance du comité régional en ce sens, ce qui nous pousse à nous questionner sur le rôle et les responsabilités d’un comité régional », s’est demandé Gervais René.
Avec cette absence de communication, ce club n’a jusqu’ici pas pris le risque d’utiliser Stephan Chery, alors que Nautilus a déjà disputé six de ses neuf rencontres de ce championnat ! « Nous nous sommes renseignés auprès de la MFA, car nous estimons être pénalisés par l’absence de Stephan dans le groupe. On nous a malheureusement informés que le joueur ne pouvait être aligné, dans le sens où nous avons fait appel. Cela sans l’appui d’une correspondance officielle. Ce qui nous révolte encore plus, c’est que l’appel n’a toujours pas été entendu, alors que le championnat tire presque à sa fin. C’est tout simplement inadmissible. Pour combien de temps encore devront nous attendre ? A notre niveau, il est clair que ce qui se passe actuellement est anti-sportif. Ce n’est pas du fair-play prône la fédération internationale », a déploré le président de Nautilus.
Règlements contradictoire
Le plus intriguant dans cette affaire, c’est que la lettre du comité régional fait mention du « Rule 9 (d) of Competitions Rules » pour sanctionner Nautilus, alors que selon Gervais René, la même section de la loi dont le club dispose n’a strictement rien à voir avec la faute de Stephan Chery, expulsé pour deux cartons jaunes. Dans les règlements qu’ils détiennent, le « Rule 9 (d) » stipule: « Any player, leaving the field during the progress of a game (except through accident/in momentum) without the consent of the Referee, will be deemed guilty of misconduct an d will render himself liable to be penalized. » Ce qui n’est pas le cas pour son joueur, a estimé le président de Nautilus.
Pour Gervais René, il est grand temps que tous ceux concernés dans cette affaire assument leurs responsabilités. « Le joueur est découragé, aussi bien que toute l’équipe. La question que l’on se pose est de savoir si c’est de cette façon qu’on encourage la pratique du football à Maurice ? Est-ce de cette façon que les autorités comptent rehausser le niveau ? J’aurais aimé savoir si ceux qui ont sanctionné notre club sont au moins au courant des sacrifices que font les joueurs et les dirigeants pour faire tourner une équipe de football ? Sincèrement, c’est très mal parti. A Ste Croix, le football occupe une place très importante dans notre projet visant à aider les jeunes à pratiquer une activité saine. Il semblerait malheureusement que certains ne voient pas cette démarche sous le même angle », a conclu Gervais René.