Les clubs rodriguais de football se retrouvent dans une impasse financière à l’approche du début des différents championnats. Selon des sources dignes de foi, les clubs de la Premiership, qui sont au nombre de huit, ont récemment adressé une lettre conjointe au comité régional pour faire part de leurs inquiétudes. Avec la crise économique et l’incapacité d’organiser des levées de fond désormais, les clubs sont plus que jamais menacés et envisagent sérieusement de mettre la clé sous le paillasson. Ces derniers ont ainsi adressé une demande d’aide auprès du comité régional pour bénéficier d’un soutien à la hauteur de Rs 100 000 chacun. Ils espèrent maintenant que le comité régional pourra intervenir auprès des autorités concernées qu’est l’Assemblée régionale, le ministère de la Jeunesse et des Sports et la « Mauritius Football Association » pour faire débloquer la situation.
Les clubs de la Premier League, à Maurice, ont bénéficié, le 24 mars dernier, d’une aide de Rs 450 000 du gouvernement, alors que ceux de la première division ont obtenu Rs 275 000. Les clubs qui évolueront en deuxième division ont eux reçu un chèque de Rs 200 000. Ce qui n’est malheureusement pas le cas à Rodrigues. Qui plus est, un dirigeant de club affirme que la situation est loin d’être réjouissante. « La situation est critique et si les autorités ne nous aident pas, nous serons contraints de fermer boutique. Je précise que notre action ne vise en aucun cas à faire du chantage. Mais la situation est telle que nous ne pouvons plus rester les bras croisés. »
Les représentants des huit clubs de Premiership ont même fait cause commune pour sortir de cette impasse. Du reste, ils se sont réunis le samedi 24 mars dernier dans le but de décider de la marche à suivre. « Je tiens à préciser que, dans un souci de transparence, nous avons informé le comité régional de la tenue de cette réunion. Nous agissons selon les règles, car nous ne voulons en aucun cas que notre démarche soit mal interprétée », a fait remarquer notre interlocuteur.
Budget réduit à Rs 100 000
Pour ce dernier, les équipes éprouvent actuellement de grosses difficultés pour joindre les deux bouts. Rien que pour acheter des chaussures de football, il faut compter un budget de Rs 50 000 par saison. De plus, les clubs doivent très souvent faire des frais supplémentaires lors des matches importants dans la mesure où la majorité des footballeurs rodriguais sont soit pêcheurs, soit maçons, soit chômeurs. « Afin d’avoir des joueurs disponibles, nous sommes obligés de leur payer leur journée de travail. » Par ailleurs, les clubs éprouvent de grosses difficultés pour bénéficier de l’appui d’un partenaire financier. S’ils avaient l’habitude, dans le passé, d’organiser des levées de fonds pour subvenir aux besoins du club, en revanche aujourd’hui, Ce n’est plus  possible. Car selon les nouvelles lois en vigueur, ces clubs se retrouvent dans l’incapacité d’organiser des événements publics.
L’organisation des festivals de football pour générer des fonds est également devenue presque impossible après les directives de la ‘Mauritius Football Association’ récemment (voir hors texte). « Avec les nouvelles procédures que nous impose la MFA, cela deviendra très compliqué d’organiser des levées de fonds à travers l’organisation des matches ! », explique-t-on du côté des clubs. Face à cette crise, les dirigeants pensent même à jeter l’éponge. « Très souvent, nous devons puiser de nos poches pour faire tourner le club. Ce qui n’est pas toujours évident. »
Selon ce dirigeant, il existe à Rodrigues des personnes de bonne volonté qui les aident financièrement et ce, selon leurs possibilités. Toutefois, a-t-il expliqué, l’aide accordée n’est pas suffisante pour compléter le budget qui oscille entre Rs 150 000 et Rs 200 000 par saison. « Nous avons écrit au comité régional pour lui faire part de nos soucis financiers. Entre clubs de la Premiership, nous avons discuté du problème et avons même fait de gros effort pour réduire notre budget à Rs 100 000. Nous avons demandé au comité régional d’intervenir auprès des autorités concernées pour aider à sauver le football rodriguais. Malheureusement, nous n’avons pas eu de réponse jusqu’ici. En revanche, nous avons appris que le comité régional a reçu les clubs de la première division cette semaine (Ndlr: la semaine écoulée) qui est l’équivalent de la deuxième division  !!! », a fait remarquer ce dirigeant.
Pour ce dernier, c’est triste que les clubs rodriguais soient arrivés à ce stade. Il regrette également que ces derniers ne perçoivent plus d’aide du gouvernement, alors que les clubs mauriciens eux sont soutenus et peuvent même compter sur l’appui financier des sponsors. « Je dirai même que nous faisons un travail social en ralliant entre 3 000 à 4 000 personnes lors des rencontres de la Premiership, alors que tel n’est pas le cas à Maurice ! En ce faisant, nous permettons aux jeunes d’avoir une activité saine. Tout ce que nous voulons, c’est que les autorités concernées entendent notre voix et viennent surtout en aide envers la jeunesse rodriguaise. »