Le Togo a résisté à une équipe de Maurice qui a maîtrisé tous les compartiments du jeu, samedi, lors du match amical qui les opposait au stade Anjalay. Les deux équipes ont réalisé un match nul (1-1) à l’issue d’une rencontre qui a vu le Club M mener dès la 16e minute par l’entremise d’Andy Sophie, avant que les Togolais ne déjouent le système défensif en fin de match.
Il s’en est fallu de peu. Dans une rencontre où les Mauriciens ont rarement perdu le contrôle, les Togolais ont toujours couru après le score. Ce qui a fait dire à Tom Saintfiet, le nouvel entraîneur des Éperviers, qu’il n’était pas content. « Il a fallu attendre la deuxième mi-temps pour voir la réaction des joueurs ».
Un avis que partage presque Serge Akakpo, capitaine des Éperviers. Cependant, il attribue la prestation des siens à une mauvaise passe. « Nous sortons d’une période difficile. Et sur le terrain, nous avons vu que Maurice a eu une bien meilleure cohésion que nous ».
Il n’a pas tort, le Club M, en effet, se signale par ses actions en direction des buts de Nourdine Yakoubou. En dix minutes de jeu, Maurice se procure trois occasions, dont la plus improbable aboutira à un but. En effet, lorsqu’à la 16e minute de jeu Yannick Dig-Dig expédie un coup franc en plein carré de réparation, Andy Sophie, déjà buteur mercredi contre le Burundi, surgit de nulle part, trompe tout le monde et ouvre la marque.
Enhardis par ce succès, les Mauriciens continuent l’assaut et Jonathan Justin, lui, rate l’occasion de corser l’addition (20e). Mais les Togolais résistent et envoient souvent des messages, à l’instar de la tentative de Serge Gakpé, qui voit son tir frôler le montant de Kevin Jean-Louis (25e). Le dernier quart d’heure de la première période sera principalement togolais, avec une série d’actions, échouant à tous les coups sur une défense mauricienne bien regroupée autour de Jonathan Bru, qui a hérité pour l’occasion du brassard de capitaine.
Dès la reprise, Maurice reprenait encore le match en main, avec une autre occasion gâchée par Jonathan Justin. Mais les Rouges subissaient encore les assauts, avec les tirs enchaînés de Gakpé (56e), entre autres. Avec toujours cette petite avance, le Club M s’accrochait à l’espoir d’une victoire et se donnait les moyens pour y arriver. À la 61e, Fabrice Pithia, entré juste avant, adressait un centre dans le carré de réparation. Andy Sophie, à la réception, donnait des sueurs froides à la Yakoubou.
La charnière défensive, notamment Christopher Bazerque et Jonathan Bru, était bien sollicitée, mais résistait au flux continu de tirs. Kevin Jean-Louis n’était pas en reste. Ensuite, il y eut ce moment de flottement, lorsque Jonathan Ayité hérita d’un ballon. Il s’offre une petite balade dans la surface de réparation en se débarrassant de deux défenseurs et expédia le cuir au fond des filets (82e).
Malgré les nombreuses tentatives de part et d’autre, la rencontre s’achève sur ce score de parité. Un résultat qui réjouit Didier Six. « Je pense que ces trois matches ont redoré un peu le blason du Club M. Mais aussi, j’espère que les joueurs prendront conscience qu’ils sont capables », lançait le coach.
Son bilan après les trois premières sorties ? « J’ai pris des risques mais ça s’est avéré payant. Mais il y a toujours quelque chose à faire. Une équipe ne se construit pas en quelques jours. Il y a encore des choses à peaufiner ».
Toujours que la satisfaction est encore plus grande lorsqu’on se rend compte que 125 places séparent les deux formations. « Mais ce n’était pas ça la différence. Je pense qu’il y avait une osmose entre les joueurs, et c’est ce qui a fait la différence », ajoute Didier Six.
Quant à Jonathan Bru, ce résultat doit s’inscrire dans la continuité. « Nous avons montré un autre visage. Je pense que ça va nous servir à rester motivés pour la suite », conclut le capitaine du Club M.