La tournée récente, en mars dernier, de la formation australienne de Melbourne Fire s’est soldée sur un sans-faute en trois matches. Si à ce niveau, la satisfaction est largement de mise, en revanche, nous ne pouvons en dire autant en ce qu’il s’agit de l’accueil qui a été réservé à cette équipe constituée de Mauriciens par la Mauritius Football Association. Dans une lettre d’un de ses responsables, nommément Christopher Driver, ancien joueur de l’USBB/RH, ce dernier n’a pas manqué de faire état du manque de professionnalisme et surtout de respect de la fédération à leur égard.
Dans une correspondance adressée à la rédaction sportive de Week-End, on sent d’emblée toute l’amertume des joueurs et dirigeants de cette formation. Si Christopher Driver confie que leur séjour à Maurice fut très agréable, toutefois, « je dois dire que j’ai été très déçu par la façon dont le football est maintenant géré à Maurice. Mis à part le premier match où nous avons été reçus à bras ouverts par les membres du Racing Club de Maurice à Trianon, le reste de notre tournée a été un véritable fiasco. » Notre interlocuteur sait d’ailleurs de quoi il parle puisqu’il a grandi à Maurice et évolué dans le championnat local. « J’ai été très déçu par le manque de professionnalisme et de respect de la MFA à notre égard ! », a-t-il fait remarquer.
Christopher Driver se pose des questions sur le rôle même de la MFA dans la promotion de cette discipline à Maurice. Car selon lui, aucun des membres de la fédération ne se serait déplacé lors des trois matches officiels disputés par Melbourne Fire. Qui plus est, il a constaté un gros problème de communication et d’organisation au sein de cette fédération. Ce qui est, à notre avis, pas vraiment une surprise lorsqu’on connaît la façon de fonctionner de la MFA.
Selon Christopher Driver, le premier match de leur tournée avait été programmé face à la sélection nationale des moins de 20 ans au stade George V, à Curepipe. Toutefois, les visiteurs apprendront à la dernière minute que le match débutera finalement à 16h30 et non à 16h comme initialement annoncé. «Ce n’est qu’après l’échauffement et ce, alors que nous étions prêts à débuter la rencontre, qu’on nous a averti que le match ne débuterait qu’à 16h30 ! », a-t-il déploré.
L’organisation du deuxième match est même qualifiée de « catastrophique, voire d’hallucinante ! » Selon Christopher Driver, Melbourne Fire devait initialement jouer face à l’ASPL 2000 au stade Auguste Vollaire. Toutefois, un changement majeur est intervenu deux jours seulement précédant ce match. Au lieu de l’ASPL 2000, c’est le champion régional de Flacq qui est proposé et qui plus est, le match est prévu à 13h30, soit en lever de rideau d’un match de Premier League. « Cette fois-ci, nous étions surpris de voir, à l’heure  du coup d’envoi, que seulement une poignée de joueurs de l’équipe adverse étaient présents ! Selon la version des Flacquois, la MFA leur avait prévenu que le match se jouerait à 14h ! Les autres joueurs sont arrivés à 14h et la rencontre a débuté un quart d’heure plus tard ! Qui plus est, les joueurs de cette équipe ne portaient pas des protèges tibias, mais furent quand même autorisés à prendre part à la rencontre par l’arbitre central. »
Une tournée à problèmes !
Ce qui a démontré, a-t-il souligné, l’ignorance et le manque de professionnalisme des autorités concernées d’autant que les règles de la Fédération internationale de Football Association (FIFA) sont très strictes à ce sujet notamment lors d’une rencontre officielle. « La cerise sur le gâteau demeure la durée du match ! Au lieu de deux mi-temps de 45 minutes chacun, le match a été disputé sur deux mi-temps de 30 minutes chacun. Cela afin de s’assurer que la rencontre de Premier League débute à temps. Une vraie farce, et clairement un vrai manque de respect et de considération de la MFA sachant d’autant plus que notre équipe, invitée par cette même MFA, a fait plus de 12 heures de vol pour ce déplacement, sans parler de la somme qu’une telle tournée représente ! », a déploré Christopher Driver.
Le troisième et dernier match était prévu face à Chamarel au stade Germain Commarmond à Bambous (16h). Afin d’éviter toute mauvaise surprise, les dirigeants de Melbourne Fire se sont cette fois assurés auprès de ceux de Chamarel que l’horaire émis par la MFA étaient le même. « Toutefois, à l’heure du coup d’envoi aucun arbitre n’était présent ! Ce n’est que vingt minutes plus tard que le match a débuté quand l’un des arbitres s’est pointé ! Le match a donc débuté avec un arbitre central et deux bénévoles, qui se trouvaient dans les tribunes pour officier comme ligne de touche. En seconde période, un deuxième arbitre s’est pointé, prenant la place d’un des bénévoles ! », s’est indigné Christopher Driver.
Tout cette histoire a laissé un goût très amer à Christopher Driver et ses amis de Melbourne Fire. Il a même qualifié cette tournée de déception. Son souhait est que des changements rapides et concrètes interviennent, afin de sauver le sport roi. Un souhait justifié, mais qui demeure une utopie dans le sens où cela fait maintenant des années que cette situation perdure.