C’est ce qu’on appelle un nouvel épisode dans ce qui est désormais considéré comme la nouvelle saga du football mauricien. En effet, on est loin d’être sortie de l’auberge dans la validité du Tribunal d’Arbitrage mis en place depuis décembre 2013, mais qui n’a pas toujours pu donner son «ruling» dans l’affaire qui oppose le groupe de l’alternance menée par Anwar Elahee – Anoop Madhow et l’équipe qui a pris le pouvoir le 11 octobre dernier à l’issue d’une élection truffée de vice de procédure.Après avoir raté le rendez-vous à deux reprises et après une lettre de rappel très sévère de la FIFA à la MFA, le président du Tribunal, Ivan Collendaveloo et ses deux assesseurs, Ravi Yerrigadoo et Jaykar Gujadhur tentent de reprendre du poil de la bête.
Dans notre édition de la semaine dernière, nous avons fait état du courrier que le groupe de l’alternance a adressé au secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valké, pour dénoncer la méthode «bouge fixe» de la MFA. Ceci après la demande de Zurich pour mettre en place un «reliable arbitration process in the shortest time». La réponse à ce courrier est venu sans doute de Ivan Collendavelloo qui est venu dire que le Tribunal qu’il préside peut continuer.
«The Tribunal considers that it has the power to rule on its own jurisdiction after considering all the facts before it», peut-on lire dans le courrier qui porte la signature du président et de ses deux assesseurs. Dans ce même courrier, le Tribuanl souligne avec force que «Fifa is entitled to extend the mandate of the arbitration tribunal and the parties should abide by the decision of the FIFA». Sauf que Ivan Collendavelloo ne dit pas dans son courrier quand son mandat a été «extend» par la FIFA. Si tel avait été le cas, il aurait été plus sage pour l’homme de loi qu’il est , dotée d’une si riche experience, de préciser ce point important.
Reste que le groupe de l’alternance ne l’entend toujours pas de cette oreille et dans les stratégies à être adoptées puisque le groupe craint désormais un «coup fourré» à travers le tribunal, compte à nouveau saisir la cour suprême sur la démarche du président du Tribunal. Entre-temps, deux lettres ont quitté les bureaux de l’homme de loi du groupe mené par le duo Elahee-Madhow en fin de semaine. La première est la réponse à Ivan Collendaveloo où le groupe confirme une nouvelle fois que le Tribunal n’a désormais plus de mandat pour présider ce Tribunal en vertu de la lettre du 7 mars (voir Week-End de dimanche dernier) où les Codes de Procédures Civils ne sont plus respectés. C’est à dire qu’au 28 février — date de la fin du second délai —le Tribunal n’ayant pas donné son ruling, il n’a plus de «locus standai». Dans sa nouvelle lettre à Jérôme Valcké, le groupe de l’alternance dénonce cet état de fait et souligne que leur intention de ne pas «coerce into submitting to a process which is in fact a mockery of the law., and in view of the conduct and stand of the defunct tribunal and the MFA». Le tout après avoir souligné que leur intention a été toujours de trouver une solution à ce problème par le biais d’un Tribunal. Dans cette lettre, le groupe de l’alternance souligne avec force également de leur intention d’aller  devant un juge en cour suprême pour demander que les lois soient respectées.
Par ailleurs, c’est la grogne actuellement au sein de l’exécutif «marron» de la MFA en raison de la trop grande présence de trois «judas». Certains proches de Samir Sobha parlent même de «mari deal» obtenu par Prem Jodha, Nazir Bowud et Vishal Gomanee. Le premier nommé a, en effet, obtenu sa candidature pour l’AG élective du Comité Olympique Mauricien. Le deuxième nommé a été choisi par la MFA pour être nommé commissaire des matches par la CAF. Dans ce contexte, on parle des allocations de quelque 1000 USD par déplacement alors que Vishal Gomanee a été nommé Team Manager du Club M.