Alors qu’il avait quasiment la qualification en poche à 3-2 à une minute de la fin, le club réunionnais de l’US Tampon où évolue le Mauricien Jimmy Cundasamy a été rattrapé par une erreur d’arbitrage (3-3), avant de s’incliner 2-4 aux tirs au but face à l’équipe française de CSO Amnéville (CFA), lors des préliminaires de la Coupe de France dimanche à l’île soeur.
« Tout le monde le comprend au regard du troisième but lorrain, refusé à juste titre par l’arbitre assistant pour une position de hors-jeu du buteur et finalement validé par le central Florent Batta. Comme aux Jeux des îles il y a quelques mois, c’est tout le football réunionnais qui crie à l’injustice. Encore une histoire de but inexistant, trop c’est trop », a déclaré au Journal de l’île de La Réunion Eric Boyer, entraîneur tamponnais.
Les deux divisions d’écart sur le papier ne se sont vues qu’au tableau d’affichage pendant cinquante-huit minutes, écrit le JIR. Avec une équipe tamponnaise plus entreprenante mais des Lorrains diaboliquement efficaces. En trois tirs dont un de Belameiri sur le poteau (51e), ces derniers font mouche à deux reprises à la suite de deux actions similaires (2e et 32e).
Deux bons ballons et c’est Belameiri qui concluait coup sur coup. Deux errements rattrapés en l’espace de quatre minutes en seconde période par Lanto (58e, 2-1) puis Fontaine (62e, 2-2). Le but de Roberto Elcaman à la sortie d’un mouvement à une touche de balle et d’une talonnade de Fontaine arrivait en apothéose d’un match complètement abouti (88e, 3-2).
À cet instant, les Tamponnais pensent logiquement avoir fait le plus difficile… « Mais on ne peut pas lutter contre ce qu’on a vu, regrette l’entraîneur de l’USST. Soit une parodie d’arbitrage. »
Aux tirs au but, CSO Amnéville se montra adroit quatre fois alors que les Réunionnais, qui avaient pris un coup psychologique lors de l’égalisation durant le temps réglementaire, ne transformèrent que deux essais. Et comme l’an dernier, La Réunion quittait la compétition d’entrée de jeu.