Le voyage du Club M en Afrique du Sud dans le cadre de la phase finale de la COSAFA Cup peut être considéré comme le second ClubMgate, après celui de Doha en 2013. Outre le fait que Maurice a été éliminée de la compétition dans la phase éliminatoire après deux défaites (Namibie et Zimbabwe), le Club M a aussi perdu dans la foulée son entraîneur en chef, Didier Six. La nouvelle de son limogeage a été annoncée lundi aux alentours de 12h30 lors d’une conférence de presse de la MFA,  animée par son président, Samir Sobha avant son départ pour Zurich pour assister au congrès, désormais aux allures de scandales de la FIFA. Une décision qui ne nous surprend guère après que Week-End avait annoncé en exclusivité le fait que Didier Six n’était pas rentré avec l’équipe, ni vendredi ni samedi dans les deux vagues dans laquelle les joueurs de la sélection sont retournés.
Si beaucoup, surtout les joueurs du Club M, ont été surpris par la décision du renvoi, illico presto, de Didier Six alors qu’il n’était pas à Maurice. La décision de la MFA nous a guère surpris. Lorsque la nouvelle que Didier Six n’était pas de retour avec le Club on a tout de suite senti que quelque chose ne tournait pas rond dans cette affaire. Du reste lorsque nous étions en contact avec le secrétaire général de la MFA samedi dernier, la voix de ce dernier laissait transpirer que cette absence n’était pas un fait du hasard et qu’il y avait anguille sous roche.
Depuis dimanche, Week-End a essayé de regrouper les informations pour savoir, même voir un peu plus clair dans cette affaire. Nous sommes en mesure de dire que dans la soirée de samedi, plusieurs consultions ont eu lieu, y compris avec Georges Chung de la Mauritius Football Professionnal League, pour confirmer le limogeage de Didier Six. Cette décision fut confirmée dans la soirée de dimanche lors d’une réunion spéciale de l’exécutif de la MFA. Lundi avant la conférence de presse, le ministre Yogida Sawmynaden a été informé de la décision après un tête-à-tête avec Samir Sobha.
Six fait le guet devant l’hôtel
En fait, nos regroupements d’informations confirment que le problème Six n’est pas remonté à la surface vendredi lorsque le Club M a quitté Rustenburg (leur camp de base) pour rallier Johannesburg afin de prendre l’avion du retour à Maurice en deux vagues. Le problème six est survenu dans la soirée du dimanche 17 à lundi 18 mai, soit après le match Maurice – Zimbabwe.
La chronologie des événements depuis le départ même du Club M tend à démontrer qu’il y a effectivement préméditation dans ce dossier, mais la question est de savoir dans quel sens. En effet, après ce match où Maurice perd par deux buts à zéro, il revient que le technicien français a cherché à parler avec Nazir Bowud, qui était en déplacement en Afrique du Sud non pas comme membre de la délégation, mais comme membre du comité finance de la COSAFA.
Mais comme Nazir Bowud ne loge pas dans le même hôtel que le Club M, nos informations disent que Didier Six est parti faire le guet devant l’hôtel de Nazir Bowud. Ce qui veut dire qu’il n’a jamais dîné avec Nazir Bowud comme il a affirmé dans sa conférence de presse de vendredi ou même dans son interview dans l’express de vendredi toujours.
Après une longue attente, Didier Six a pu rencontrer Nazir Bowud dans l’hôtel vers 11h30 et il lui a demandé d’informer  le président qu’il ne va pas continuer. Nous apprenons que,pris de panique, Nazir Bowud a même appelé ses collègues de la MFA  vers 1h ou 2h du matin pour souligner ce changement de taille dans la démarche de Didier Six.
C’était un fait, la rupture entre Didier Six et le Club M est une réalité, si bien que, mis au parfum de la nouvelle lundi matin, le secrétaire général de la MFA, Didier Pragassa en informe le président Sobah dans la foulée. Au camp de base du Club M à Rustenburg, la situation n’était pas au beau fixe, surtout à 48h du match contre la Namibie. Selon nos informations, Didier Six était même absent à certaines séances d’entraînement et le pire de son passage à la COSAFA devait être lors du match contre la Namibie. Une rencontre où le technicien français a été expulsé (carton rouge) par l’arbitre après avoir  quitté sa place sur le banc du Club pour aller prendre des nouvelles de son défenseur Bruno Ravina, qui avait écopé, plus tôt d’un carton rouge.
Question: pourquoi Didier Six est allé aux nouvelles dans les vestaires, alors qu’il pouvait demander à son staff technique (Patel, Happe et l’Enclume) ou même au physio, Iswar Boolkah ou encore l’ostéopathe français que Six avait lui-même fait venir pour accompagner la délégation pour cette campagne? Est-ce une démarche préméditée de sa part, puisque nous voyons mal Didier Six ignorant que son geste allait être sanctionné par l’arbitre?
De toute évidence, COSAFA Cup restera un très mauvais souvenir pour Didier Six puisque après deux matches seulement, il s’est retrouvé avec 11 complaintes contre sa personne, un passage devant le comité disciplinaire et un rapport nullement favorable à son égard et même la MFA a été condamné à payer 2000 USD d’amende. Après ce double impair, on raconte au sein de l’équipe que Didier Six avait complètement disparu de la circulation et vendredi le jour du départ, il était lui-même transparent.
A tel point qu’il n’a pas voyagé dans le même bus que les joueurs de Rustenburg à Johannesburg et de ce fait, il n’a jamais pu parler avec les joueurs. En fait, Didier Six n’a jamais voyagé avec le Club M. Selon nos informations, même pour le départ Didier Six n’était pas dans le même avion de l’équipe. Pourtant, le technicien français a fait tout un plat lorsqu’il avait appris que la sélection allait partir en deux ou trois vagues, faute de place. «D’où la décision de faire le trajet Maurice-Durban- Johannesburg pour assurer que tout le monde ait une place dans l’avion», explique-t-on à la Football House.
Six a fait Maurice -Johannesburg
Sauf que le jeudi du départ, il y avait deux vols dans la foulée sur l’Afrique du Sud, l’un à Johannesburg et l’autre pour Durban. Didier Six a changé son billet Maurice-Durban- Johannesburg pour un billet Maurice-Joannesburg.  Vient maintenant l’histoire des «papiers importants» qu’il avait à signer en France. La question se pose que si ces papiers étaient si importants pourquoi ne les avoir pas signés durant ces quelques va-et-vient qu’il a fait depuis son arrivée en décembre dernier? Si ces papiers étaient si importants pourquoi — du reste il l’a affirmé à sa conférence de presse —il devait retourner à Maurice si le Club M était en finale? Qu’est-ce qui explique que ces «si importants» papiers ne l’étaient plus soudainement si Maurice était en finale? Il y a des propos qui ne collent pas.
D’autant que nous sommes en mesure d’affirmer aujourd’hui que c’est à son arrivée à l’aéroport de Johannesburg que Didier Six a changé son billet pour Paris. Son projet était d’un séjour à Paris avec un «stop over» à Marrakech (Maroc) où selon Wikipédia il a des affaires, pour n’être de retour à Maurice que le 6 juin pour repartir avec le Club M le 7 juin pour discuter une rencontre avec le Gabon, qu’il aurait lui-même négocié, avant la rencontre Ghana-Club M (12 juin) comptant pour la phase éliminatoire de la CAN.
Mais son limogeage a précipité son retour à Maurice et aujourd’hui il est clair d’une part que Didier Six qui a été payé par des fonds publics à plus de Rs600 000 mensuellement a joué avec le feu et il s’est fait brûler. Il a même apporté son chauffeur avec lui en Afrique du Sud, c’est dire qu’il avait les coudées franches pour agir comme il voulait. Sans doute ses agissements sont aussi le boulevard qu’il a offert à la MFA et à certains au sein de la MPFL pour le clouer au pilori avant que l’addition ne soit pas trop amère.