Une des priorités du gouvernement est le maintien de l’ordre public au moyen d’une « effective and humane policing ». C’est ce qu’a mis en avant le Premier ministre à l’Assemblée nationale hier en réponse à une question du député du MMM Ameer Meea. « We have embarked on a significant reform programme for the Police force with a view to transforming it into a more service-oriented organisation operating in accordance with the principles of democracy, customer-care and the rule of law », a indiqué Navin Ramgoolam. Le but ultime est de permettre à la Police de réaliser un shift de la notion de « force » à celle de « service ». Quant aux enquêtes criminelles, selon le PM, les tests d’ADN constituent aujourd’hui un puissant outil pour la Police.
Dans sa question au Premier ministre, le député Ameer Meea a voulu en savoir plus quant aux cas où l’État a été appelé à dédommager des individus ou compagnies suite à des « wrongful actions » de la Police. Pour Navin Ramgoolam, « il n’y a rien de nouveau » à ce sujet. « Cela arrive ici et dans d’autres pays. » Des dédommagements ont été faits par l’État dans sept cas de janvier 2003 à juin 2005. Du 1er avril 2009 au 9 mai 2013, il y a eu six cas de dédommagement par l’État suite à des actions de la Police.
Le Premier ministre a rappelé que depuis février 2010, la Mauritius Police Force a introduit le National Policing Strategic Framework qui inclut une section sur « Achieving Human Rights Compliant Organisation ». Le but de ce cadre légal est de permettre à la Police « a fundamental shift from a “force” to a “service” where service to community is at the centre of policing ». Ce qui permettrait par ailleurs, ajoute Navin Ramgoolam, un nouveau concept et une nouvelle culture du service. Divers programmes de formation sont dispensés par la Police Training School dans ce contexte, l’accent étant mis sur la nécessité de respecter les droits des citoyens et d’autres résidents.
Selon le chef du gouvernement, les nouvelles technologies aidant, aujourd’hui, la tendance est de se diriger vers « more scientific evidence-led enquiries ». La DNA Identification Act, proclamée en 2010, dit-il, a apporté le cadre légal approprié pour entreprendre des tests d’ADN et d’utiliser les résultats comme preuves en cour.
Par ailleurs, selon Navin Ramgoolam, le Police Criminal Evidence Bill, qui a déjà été introduit en première lecture à l’Assemblée nationale sera un « major step forward in Police practices. It aims at providing codes of conduct that will regulate the conduct of Police and other investigators carrying out criminal investigations ».
La réforme au niveau de la Force policière porte déjà ses fruits selon le Premier ministre. « Le nombre de cas rapportés de brutalité policière montre une tendance décroissante. »