Photo illustration

Onze policiers sont transférés du National Security Service (NSS) vers d’autres unités à partir de ce matin. Ce changement a fait des mécontents car certains n’ont pas apprécié la manière dont la décision leur a été communiquée. « Ce n’est qu’hier (mercredi) qu’on a appris qu’on devait prendre notre nouveau “posting” ce matin. Nous devons avoir un minimum de temps pour nous préparer, prendre nos effets personnels, ou encore effectuer des démarches de transport pour nous rendre sur notre nouveau lieu de travail », explique un élément de la NSS.

Ceux concernés par ce transfert sont, entre autres, le chef inspecteur Nursimulu qui a été muté à la Police du Transport de Curepipe et l’inspecteur Sookun qui rejoint le Central CID. Alors qu’un sergent de police a été muté à la Western Division, deux caporaux à l’Eastern Division, un autre à Port-Louis Nord, un à l’aéroport, un caporal et un constable à la Northern Division, et deux constables à la Southern et Metropolitan (Sud) respectivement. Selon le même interlocuteur, certains officiers ont établi un bon réseau de contacts sur le terrain et ce n’est pas évident pour les nouveaux de faire de même. « Cela prendra du temps », dit-il.

D’après les renseignements recueillis, des officiers du NSS étaient embarrassés dernièrement après une directive de leur supérieur leur demandant d’effectuer un sondage post-électoral dans certaines régions pour établir qui sont ceux qui avaient voté pour le pouvoir ou l’opposition lors du scrutin de novembre 2019. « On nous a demandé de catégoriser les rues et les quartiers de par leur préférence politique. Ce n’est pas notre travail car nous ne sommes pas des agents politiques », explique l’intéressé. Alors que quelques jours après les élections, une quinzaine d’officiers du NSS avaient été notifiés de leur transfert car « les rapports envoyés à leur supérieur concernant les résultats dans certaines circonscriptions n’étaient pas satisfaisants ». Du côté des Casernes centrales, on avance qu’il n’y a pas de « transfert punitif » et que « c’est un exercice normal au sein de la force policière ».

Toutefois, le NSS ne sera pas en manque de personnel puisque 15 officiers ont rejoint cette unité à partir d’aujourd’hui dont l’inspecteur Bahadoor de la Traffic Branch. Tandis que le Central CID compte deux enquêteurs en moins avec le départ des inspecteurs Dominique et Persand. Les autres policiers concernés sont trois officiers de la Northern Division, trois autres de la Metropolitan (Nord), deux de la Western Division, un de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU), un de la Southern Division, un de l’Eastern Division et un du Passport and Immigration office. Tandis qu’un caporal quitte la Western Division pour la police du port.

Il est à noter que ces transferts ont été approuvés par le commissaire de police Mario Nobin hier. Par ailleurs, des permutations devront intervenir sous peu à la tête de certaines unités de la police comme le Central CID et même le NSS où un directeur général devrait être nommé alors que c’est le surintendant Hurrydeo Ramdany qui assure la responsabilité pour le moment.