Pour la correction des épreuves des examens nationaux de la Form III, les enseignants ont reçu cette année la consigne de remplir des fiches détaillant les points des candidats. Mais ils refusent, estimant que cela ne figure pas dans leur scheme of service. Après une première rencontre infructueuse avec le ministère de l’Éducation lundi, le Government Secondary School Teacher’s Union a décidé de porter l’affaire devant la Conciliation and Mediation Commission. « Le ministère veut maintenant nous faire croire que cette tâche relève de nos cognate duties, c’est inacceptable », soutient le secrétaire du syndicat Vikash Ramdonee.
Les examens nationaux de la Form III ont pris fin le lundi 31 octobre avec l’épreuve de sciences. Outre la correction des copies, cette année les enseignants ont été priés de remplir des marking sheets. Ces fiches indiquent les points recueillis par numéro, le total, le pourcentage et le rang de l’élève. Tous les documents dûment remplis devaient être retournés au Mauritius Examinations Syndicate au vendredi 18 novembre. Or, depuis le début de l’exercice de correction, des enseignants ont signifié leur intention de ne pas s’adonner à cette tâche, qui soutiennent-ils, est le travail d’un clerical est non d’un enseignant. Ces derniers indiquent clairement que cette tâche ne fait pas partie de leur scheme of duties.
Une réunion était prévue lundi avec les représentants du ministère de l’Éducation pour trouver une solution. Or, déplore Vikash Ramdonee, le ministère de l’Éducation a trouvé une nouvelle tactique pour nous imposer ce travail. « Le ministère était d’accord sur le fait que remplir les marking sheets ne relève pas de nos fonctions. Mais il vient maintenant nous dire que cela tombe sous les cognate duties d’après une clause », indique le secrétaire du GSSTU. Les cognate duties peuvent être définies comme les autres tâches qui sont reliées à une fonction.
Le GSSTU indique qu’il a l’intention de porter cette affaire devant la Conciliation and Mediation Commission car, dit-elle, cela devient maintenant une labour dispute. Et d’ajouter : « Le ministère n’a pas le droit de définir les cognate duties. C’est soit le Civil service ou un tribunal qui peut le faire. » Le GSSTU déplore par ailleurs le fait que « le ministre de l’Éducation ait refusé de sortir une circulaire pour informer les enseignants que cette affaire est actuellement en discussion alors que plusieurs enseignants sont en train de subir des pressions pour remplir ces fiches ». Le syndicat attend maintenant de porter cette affaire devant la commission de Conciliation pour décider de la marche à suivre. Il insiste sur le fait que le ministère aurait pu confier ce travail au Mauritius Examinations Syndicate qui prépare déjà les papiers.
Par ailleurs, le GSSTU déplore le déroulement de ces examens qui, souligne-t-il, sont des examens nationaux. « Il n’y a aucune confidentialité, les enseignants peuvent fausser les points, les examens ne sont pas standardisés », soutient Vikash Ramdonee. « C’est un manque de leadership et de volonté à tous les niveaux au ministère qui engendre ce genre de situation », avance-t-il dans ce contexte.