La tendance dans de nombreux collèges  privés est de diriger des élèves vers la participation aux GCE “O” level au lieu de les inscrire comme candidats pour l’obtention d’un School Certificate (avec pas moins de six matières). Certes, Cambridge propose l’option “GCE” aux élèves ayant des difficultés à se préparer dans un grand nombre de matières et elle a un objectif pédagogique. Mais l’option GCE, pour certains directeurs de collèges, a un tout autre objectif : ne pas réduire le taux de réussites aux examens de SC.  Ils ne conseillent pas le GCE, ils le présentent comme une obligation aux élèves. Ce que contestent de nombreux parents en ce début d’année auprès de la PSSA après avoir appris que leurs enfants ne seraient pas inscrits sur la liste des candidats pour les prochains examens de SC. Des managers des collèges ont déjà fait la sélection de leurs candidats potentiels à ces examens. Ces parents mécontents estiment que tous les enfants arrivés en Form V devraient avoir les mêmes chances, ne manquant pas d’ajouter  que ce sont eux qui déboursent pour les frais des examens. Ils reprochent aux directeurs des collèges leur « réponse arrogante » lorsqu’ils s’enquièrent des raisons pour lesquelles leur enfant ne pourrait prétendre au SC. « Zot pa konn koz ar dimoun kan ou al get zot. Zot dir ou si pa kontan al rod enn lot kolez e ki person pa pou pran nou zanfan », raconte ainsi une mère de famille. Celle-ci soutient que son fils a réussi dans toutes les matières au examens de fin d’année en Form IV et souhaite qu’il obtienne son diplôme de SC. La  PSSA   reçoit régulièrement des doléances de parents au sujet de cette pratique de sélection pour le SC mais ne peut intervenir étant donné que le “GCE” figure dans le programme de  Cambridge. Cependant, les officiers de cet organisme reconnaissent que certains managers « abuseraient de leur pouvoir » dans certains cas.