La formation des apprentis jockeys mauriciens continue de faire son petit bonhomme de chemin. Après les séances physiques, on est entré de plain-pied dans l’aspect pratique avec les apprentis se voyant offrir l’opportunité de participer à des barrier trials à Port-Louis. Un premier groupe de quatre a été en action le mardi 10 octobre, alors qu’un autre groupe de trois l’était mardi dernier (ndlr : 17 octobre), le tout sous les yeux attentifs de John Claite, Riding Master, et de son assistant, Philippe Aumaître. À noter qu’il sont une vingtaine de jeunes à suivre cette formation dispensée gratuitement par le Mauritius Turf Club.
Trois mois après son dernier passage dans l’île, John Claite est de retour pour faire une évaluation de la situation. Son premier constat est on ne peut plus encourageant. « The apprentices have progressed quite significantly », trouve-t-il. « Philippe Aumaître has done a good job since my last visit in July. Their level of fitness has much improved, in some cases by hundred per cent. We are now tackling the practical part of it with the lads taking part in trials on Tuesdays. As I have said, the basics are here, it is for us to put the polish on. »
Si, quand on l’avait rencontré en juillet dernier, John Claite avait lancé l’idée d’une académie, force est de constater que celle-ci a fait son chemin et au fur et à mesure qu’on a avancé dans le processus, une structure a commencé à prendre forme. « It is a long term process, but what is interesting is that it has been on going since we have laid down the very foundations. In my absence, it is Philippe Aumaître who conducts the different training sessions. He supplied me with full reports of what has been done and everything is on record. With Jean-Marc Halbwachs, Khalid Rawat and Stephane de Chalain, everything is being done to help and guide the apprentices towards realizing their ultimate goal, which is to be professional jockey. »
Entretien, alimentation et toilettage
Avant de passer à l’étape des barrier trials, les apprentis ont d’abord appris les différentes techniques de base à cheval : balance, pas et manipulation de la cravache, entre autres. Ces cours sont dispensés par Philippe Aumaître au centre Guy Desmarais après le training matinal à raison de trois fois la semaine, soit le mardi, mercredi et vendredi. Ensuite, il y a des sessions sur le cheval mécanique, outil indispensable pour parfaire l’équilibre du jockey.
Mais il n’y a pas que ça. Les apprentis jockeys ont également eu l’occasion de se familiariser avec les rudiments du métier de palefrenier, comme c’est la pratique dans toutes les académies de jockeys. Ils s’occupent eux-mêmes des quatre chevaux à la retraite et que le Mauritius Turf Club a mis à leur disposition dans le cadre de leur apprentissage. De leur alimentation à leur toilettage, en passant par leur litière et leur entretien d’ensemble. Ces quatre chevaux sont Max Rapax, Phiri E Kwatile, Ravatak et Tornado Man, qui ont élu domicile au Club hippique de Maurice. « Once everything falls into place, it should be a fully fledged academy », estime John Claite.
Laqdar Ramoly, jeune trackrider affecté à l’entraînement Amardeep Sewdyal, trouve qu’il a bien progressé depuis qu’il suit les cours de formation dispensés par John Claite et Philippe Aumaître. « Ce genre de formation coûte cher à l’étranger et ici on a la chance de l’avoir gratuitement. C’est une opportunité à saisir », lance de son côté Atish Khoody, qui a fait ses premières gammes en Malaisie. À noter que la formation ne concerne que les apprentis affiliés auprès du Mauritius Turf Club.