Les écoles de foot sont à nouveau opérationnelles dans les douze régions de l’île après une année sur la touche, soit depuis l’expiration du contrat (le 30 juin 2012) de l’ancien directeur technique national (DTN), Christophe Desbouillons.
Le nouveau DTN, le Mauricien Rajen Dorasami, a élaboré, depuis le début du mois d’août, un plan de travail afin d’activer à nouveau les écoles de foot. Ce plan consiste à une restructuration et aussi une réduction du nombre d’écoles, passant de 65 à 41.
Il souligne toutefois que cette “réforme” est apportée afin de donner une nouvelle dimension à la pratique du football chez les jeunes et aussi pour avoir un meilleur rendement. Chaque région compte au moins trois écoles de foot, sauf Port-Louis et de Rivière-Noire qui regroupent respectivement sept et quatre.
La direction technique nationale vient avec un nouveau concept avec l’introduction de l’atelier de football réservé aux jeunes de 6 à 11 ans, alors que les écoles de foot traditionnelles sont réservées aux joueurs de 11 à 15 ans. « Nous sommes soutenus par le ministère de la Jeunesse et des Sports dans ce projet. Les jeunes restent notre pépinière pour alimenter par la suite les équipes locales et les sélections », rappelle le DTN.
Les séances des écoles de foot sont programmées les mardis et jeudis. Dimanche l’accent est mis sur l’atelier de football. « Nous voulons donner la chance aux plus petits de pratiquer le football. C’est la raison pour laquelle le dimanche est réservé à l’atelier de football », avance Rajen Dorasami.
Si la direction technique nationale ne prévoit pas de compétition cette année, elle envisage d’organiser plusieurs compétitions dans les différentes catégories à partir de l’année prochaine. « C’est pour donner l’occasion aux équipes de se préparer davantage que nous avons décidé de programmer les compétitions pour 2014. »
Outre les écoles de foot, le DTN affirme que les douze centres techniques régionaux sont également actifs. Chaque centre technique régional (CTR) est dirigé par deux entraîneurs. Ces centres sont destinés aux joueurs U13, U15 et U17. Il se chuchote que la direction technique nationale organisera également une compétition pour les centres techniques des trois catégories.
Pour Rajen Dorasami, le CTR est une structure décisive pour le jeune dans le suivi de sa formation. « Ces catégories d’âge sont très critiques. C’est la raison pour laquelle on veut accorder une attention particulière au fonctionnement des centres techniques régionaux », fait-il ressortir.
Parlant du récent tournoi de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien tenu à Maurice du 28 juillet au 2 août dernier, Rajen Dorasami laisse entendre que le niveau était très correct et que si Madagascar et Mayotte étaient présentes, le niveau aurait été encore plus intéressant.