L’école de médecine de l’université de Maurice formera les étudiants en partenariat avec l’université de Genève. À cet effet, un Memorandum of Understanding a été signé hier à Réduit. Dorénavant, les étudiants en médecine n’auront plus à se rendre à l’étranger en vue de compléter leurs diplômes. Le ministère de la Santé se chargera pour sa part de la formation clinique.
Les représentants des Hôpitaux universitaires de Genève avaient, en juillet 2010, signé un premier accord de partenariat avec l’université de Maurice (UoM) au sujet de la création d’une école de médecine au pays. L’institution suisse allait dispenser une formation clinique complète avec le soutien des hôpitaux publics locaux. Cette collaboration entre l’UoM et les universités de Genève date de plusieurs années.
La signature du Memorandum of Understanding (MoU) a eu lieu hier sur le campus de Réduit en présence des ministres de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, et de la Santé, Lormus Bundhoo. Cet accord tend vers la création d’une école de médecine. Ainsi, les étudiants n’auront plus à se rendre à l’étranger afin de terminer leurs études en médecine. En effet, actuellement, après leurs trois premières années d’études, ils se rendent à Bordeaux ou s’inscrivent dans une université sud-africaine afin de compléter leurs études cliniques.
Outre l’obtention de leur diplôme à Maurice, les étudiants auront à débourser moins s’agissannt des frais universitaires. Et une fois formés, ils pourront également assurer des cours à leur tour et apporter leur soutien aux formateurs. La première étape du projet aurait dû être complétée depuis l’année dernière.
L’UoM bénéficiera du soutien de l’université de Genève pour la première année de la formation clinique post-universitaire offerte à Maurice. Il est prévu qu’une année supplémentaire soit ajoutée tous les ans pour la pratique clinique. Et d’ici quatre ans, le campus de Réduit devrait alors être en mesure d’assurer la formation complète en médecine à Maurice.
Contrairement aux autres facultés de l’UoM, il est convenu que celle de médecine se trouve à proximité d’un hôpital public afin de faciliter les sessions pratiques. À cet effet, le ministère de l’Éducation tertiaire a identifié un ancien bâtiment de la DWC à Bel-Air pouvant accueillir l’institution. Toutefois, jusqu’ici, rien n’est définitif.
Par ailleurs, le ministère de la Santé sera, lui, chargé de coordonner la formation clinique des jeunes médecins. Lormus Bundhoo a laissé entendre qu’environ 81 médecins spécialistes seront bientôt recrutés. Lors de son intervention hier, le ministre de tutelle s’est attardé sur les projets en vue d’un service de santé de qualité.
À noter que depuis le 1er janvier, ceux s’inscrivant à une formation en médecine ou dentisterie et souhaitant pratiquer à Maurice, doivent obligatoirement détenir trois A Level. Pour être admissibles aux cours de BSc (Hons) Medical Science, dispensés par l’UoM depuis 1997, les aspirants étudiants doivent avoir au moins deux A et un B dans leurs matières principales — incluant la biologie et la chimie — aux examens de Higher School Certificate.
Un board de Post Graduate Medical Education sera aussi constitué afin de conseiller les Medical and Dental Councils sur l’enregistrement de médecins spécialistes et de dentistes. Les nouveaux diplômés en médecine, formés à Maurice ou à l’étranger, devront par ailleurs passer un examen après leur formation de pré-enregistrement. Le Continuous Professional Development deviendra obligatoire pour tous les médecins et chirurgiens-dentistes exerçant sur le territoire mauricien dès septembre 2013. De plus, un Health Professional Bill est en préparation afin de réguler la pratique des professionnels de Santé, médecins, dentistes, infirmiers et pharmaciens.
Les premiers cours avec l’université de Genève devraient débuter à la prochaine rentrée académique en août.