Le Fashion and Design Institute tient depuis jeudi sa journée portes ouvertes annuelle. Cette rencontre est l’occasion pour les jeunes venant de terminer leur HSC de prendre connaissance des formations qui y sont offertes. Si la plupart choisissent après le secondaire des filières dites académiques en raison des perspectives d’emploi, les formations conçues par le FDI, entre autres, en Fashion, Textile et Design sont telles qu’à ce jour, 250 jeunes sont employés dans ce secteur qui a connu une grande révolution ces derniers temps.
Pour beaucoup, faire carrière dans le design et la mode se résume à confectionner des habits et accessoires. Mais ce métier revêt d’autres facettes, et exige une connaissance et une expérience en termes de conception, de dessin, de croquis et des applications nécessaires pour faciliter la conception des illustrations.
Une expertise dans la couture, la broderie est importante pour un jeune qui souhaite se lancer dans une carrière de designer. Bien entendu, les connaissances dans le textile, les tissus, les vêtements et la technologie sont aussi exigées. Qu’il s’agisse de vêtements, d’accessoires, de sacs, ou de chaussures design, il est important de disposer des savoir-faire. Ainsi, pour démarrer une carrière artistique, il existe des cursus spécifiques et concrets. Ils sont complétés par des qualifications supérieures offrant une évolution professionnelle beaucoup plus rapide. C’est justement à ce genre de formations qu’aspire le Fashion and Design Institute situé à Ébène.
Officiellement lancé le 15 septembre 2009, le FDI, situé au Sir Rampersand Neerunjun Training Complex (ex-IVTB School of Design), devait regrouper sous un seul toit la School of Design de l’IVTB, le département de Fashion Textile de l’UoM et le Textile and Apparel Development Centre. Or, le FDI n’intègre aujourd’hui que la School of Design de l’IVTB et le Textile and Apparel Development Centre et les diplômes sont accrédités par l’Université de Technologie de Maurice.
Après avoir commencé uniquement avec des cours spécialisés en mode et design, l’institut offre aujourd’hui 12 formations dès le niveau de Higher National Diploma dans diverses filières, telles que Graphic Design, Fashion and Textiles, Product Design et Interior Decoration. À ce jour, le FDI a formé plus 250 designers. Quelques designers très connus à Maurice, notamment Sweetie Ramlagun (Miss Mauritius World 2012) et Fabien Fauzou (Miss Englang 2012, Miss Uk 2012) sont issus de cette école. Outre l’Université de Maurice, qui propose déjà des cours en Fashion and Textile, le FDI est la seule institution offrant des formations à des jeunes qui souhaitent faire carrière dans la mode et le design. Ce qui la démarque de l’Université de Maurice, c’est l’accent mis sur une formation très technique. En effet, la majeure partie de la formation se déroule dans les ateliers, spécialement conçus soit pour la couture ou le design. Les étudiants ont également des cours théoriques.
Le FDI compte six départements : Foundation Studies, Art and Design, Fashion and Textiles, Media and Communication, Built Environnement et Textile and Apparel Development Centre. Sadna Juwaheer, la directrice, dit constater depuis quelques années un intérêt accru pour faire carrière dans ces domaines. Le programme de formation en design et mode, explique-t-elle, permet à l’étudiant de développer ses compétences artistiques et techniques en vue de faire carrière dans une sphère d’activité dynamique et passionnante. « Outre d’aider le diplômé de parfaire son style personnel, la formation lui permettra d’analyser et d’interpréter les tendances actuelles en vue de concevoir de nouveaux styles. Nos programmes visent à former des designers, dont le rôle est de concevoir des vêtements de qualité, et de créer des styles ou des modèles de vêtements qui tiennent compte des tendances et des besoins de marché ciblés selon une séquence définie », ajoute Mme Juwaheer.
Par ailleurs, chaque année, les étudiants ont l’opportunité d’exposer leur travail, résultat d’un aboutissement acharné, de leur engagement et de leurs talents, indique-t-on du côté de l’institution. Ils concentrent ainsi leurs efforts sur l’inspiration générée par la fusion des cultures, en choisissant chaque année un thème principal pour mettre en avant leur propre vision dans une approche technique et créative du Design. À la fin de ce programme, ils pourront travailler en tant que designer autonome, designer, assistant designer, designer textile, styliste, patronniste, modéliste
ou assistant à la production. La journée portes ouvertes prend fin aujourd’hui à 16 h.