Les garde-pêche du ministère ont participé la semaine dernière à une session de formation de quatre jours, parainnée par la Commission de l’océan Indien sous le programme IOC-SMARTFISH. Son objectif : encadrer les officiers pour mieux appréhender les situations auxquelles ils font face au quotidien.
La surveillance de la mer est devenue de plus en plus difficile et les officiers doivent être équipés en matériel et être prêts mentalement en vue d’affronter les fraudeurs. Les garde-pêche mauriciens sont impliqués dans la lutte contre la pêche illégale sur une base régionale à travers le « Plan Régional de Surveillance » mis en place par la COI (Commission de l’océan Indien).
Depuis 2012, les garde-pêche ont effectué plus de 500 opérations crack down pour combattre la pêche illégale. Lors de ces opérations les officiers du Fisheries Protection Service sont soumis à rude épreuve. C’est la raison pour laquelle le ministère de la Pêche a voulu les encadrer pour mieux les armer en vue d’aller sur le terrain. Les « enforcement officers » ne font pas qu’arrêter les détracteurs, ils s’occupent aussi des procédures en vue des poursuites judiciaires.
Pendant ces quatre jours de formation, les officiers se sont penchés sur la bonne gouvernance, « less prosecution duties » et le « Management Principles »
À l’issue de la formation, le ministre de la Pêche a remis des certificats aux bénéficiaires. Nicolas Von Mally a aussi passé en revue les actions du ministère pour la protection du lagon et les projets en cours.