Le Conseil des ministres a donné vendredi dernier son feu vert pour l’ouverture de l’Open University of Mauritius. Le Mauritius College of the Air, engagé dans ce domaine depuis des années, obtient ainsi le statut d’université. La MCA Staff Association a lors d’un point de presse hier fait part de ses demandes au sujet de cette transition. En vue d’accélérer les négociations et de s’assurer que tout se fait avec consultations, le syndicat réclame l’institution d’une task-force pour se pencher sur le nouvel organigramme de l’institution.
Pour la MCA Staff Association, l’ouverture de l’Open University of Mauritius (OUM) représente à la fois un espoir et un grand défi. Selon ses membres, c’est un événement tant attendu car « plusieurs choses étaient en suspens au niveau du MCA vu qu’il attendait le statut d’université ».
Les employés se disent toutefois toujours dans le flou au sujet du transfert. « Après une rencontre la semaine dernière avec le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah nous avons eu des réponses à nos questions », explique le président du syndicat Goomjunsingh Rampadaruth. « Le ministre nous a assuré que le transfert se fera de manière à ne pénaliser personne et que tout le monde sortira gagnant. »
La MCA Staff Association estime cependant qu’il y a toujours plusieurs points en suspens. Elle réclame ainsi une task-force en vue de se pencher sur le nouvel organigramme. « Dans le passé, un consultant de la Tertiary Education Commission avait travaillé sur certaines propositions. Nous voulons justement que tout le monde se réunisse pour en discuter », affirme le secrétaire du syndicat, Enrico Permall.
La MCA Staff Association indique par ailleurs avoir déjà envoyé un mémorandum préparé sous la MCA Act pour le PRB en septembre dernier. Ses membres s’interrogent sur le fonctionnement de l’OUM avec la nouvelle législation régissant l’Open University of Mauritius Act. En effet, l’institution représente « une lueur d’espoir » pour les employés car « depuis sept ans, plus de 35 % postes vacants n’ont pas été remplis et depuis 2008, le MCA fonctionnait sans directeur ».
De plus, un exercice de promotion avait été enclenché mais a été par la suite mis au placard en attendant la transition à l’OUM. Les employés s’attendent désormais à ce que la situation se débloque. Un aspect sur lequel ils exprimaient leurs réticences était le déplacement vers les anciens locaux de la Mauritius Broadcasting Corporation. Après des négociations, décision a été prise que la nouvelle institution bénéficiera de toute l’expertise, de ressources et des infrastructures du MCA, qui est un pionnier dans la distance learning depuis 1971. Avec le statut d’université, il sera maintenant appelé à développer de nouvelles collaborations tant au niveau international que local. Le personnel a proposé de faire de l’ancien MBC un regional learning centre pour l’OUM.
L’OUM, en collaboration avec plusieurs institutions étrangères, proposera aux Mauriciens une formation continue, à distance et à faible coût. Elle bénéficiera à ceux habitant des zones reculées du pays et ayant un emploi, aux mature students voulant suivre d’autres programmes de formation et des personnes souhaitant avoir plus de flexibilité en vue de poursuivre des études. Quinze cours ont déjà été identifiés pour la formation à distance. L’institution s’associera dans un premier temps aux universités d’Amity et de Madras en vue d’assurer la formation. D’autres institutions tertiaires étrangères, dont celles de Malaisie, d’Angleterre et d’Afrique du Sud, proposeront par la suite des cours à distance.