Le Mauritius Institute of Education (MIE) termine aujourd’hui un programme de formation pour formateurs dans le cadre de l’introduction du kreol morisien à l’école en 2012. L’Institut Cardinal Jean Margéot déplore la mise à l’écart de l’expérience du secteur éducatif catholique dans le domaine du kreol à l’école durant cet atelier de formation, alors que le MIE a sollicité la contribution d’autres organisations et professionnels du privé. Pour l’ICJM, il « s’agit d’une tentative délibérée pour effacer l’apport de l’éducation catholique dans ce domaine ». L’organisme envisage de revoir sa collaboration au sein de l’AKM.
Cet « Atelier formasion pou formater dan kad lintrodiksion kreol morisien dan lekol » organisé par le MIE a duré trois jours, soit de mercredi à aujourd’hui. Il a couvert des sujets divers qui ont permis aux participants d’avoir une vue globale de l’utilisation du kreol. L’ICJM reconnaît que plusieurs des ressources persons (ONG et individus) à qui le MIE a fait appel pour aborder les différents volets du programme ont contribué à la valorisation et à l’avancement du kreol morisien et ne conteste nullement leur participation à cet atelier de travail. Mais l’ICJM souligne que le secondaire catholique est pleinement engagé dans l’enseignement/apprentissage du kreol depuis 2005 avec son programme d’études Prevokbek, et pense que cette expérience bien concrète dans le secondaire catholique aurait pu être partagée durant cet atelier de formation d’autant qu’un des thèmes abordés était « Ki linsidans lansegnman kreol morisien lor lexperians skoler bann zanfan ? »
L’exclusion de l’expérience de l’éducation catholique à cet atelier de formation du MIE suscite de nombreux commentaires au sein du BEC et de l’ICJM. « The current list of trainers comprises academics and practitioners and even those who are not involved in education at all. ICJM has both the academic and practionners’ expertise. This attitude of the MIE and the Ministry of Education is indecent and “cavalière”. Personally, I believe this is a real attempt to put ICJM on the sidelines and make a total blackout of the contribution of the Catholic sector in the field of Kreol Morisien in formal education during these past six years », écrit Jimmy Harmon, chef de Département Applied Pedagogy à l’ICJM et membre de l’Akademi Kreol Morisien dans une lettre adressée à la direction de cet organisme catholique. L’on apprend que la présence de l’ICJM au sein de l’AKM sera discutée lors de la prochaine réunion du conseil académique de cet institut.
Par ailleurs, face à la grande confusion qui règne au ministère de l’Éducation par rapport au recrutement d’enseignants pour le kreol morisien, il y a depuis quelque temps au sein de l’éducation catholique, selon nos informations, un courant de pensée souhaitant que celle-ci « ne cautionne pas un projet fait à la va-vite ». Mais les avis sont partagés à ce sujet car la demande pour le kreol morisien est conséquente dans les écoles primaires catholiques.
En attendant l’introduction du kreol morisien au primaire, l’ICJM débutera dans quelques jours deux types de formation sur “lir ek ekrir kreol Morisien” à l’intention du grand public, qui se dérouleront en soirée. Après cette première expérience dans ses locaux à Rose-Hill, l’ICJM compte d’offrir cette formation dans d’autres régions du pays de manière à familiariser un grand nombre de Mauriciens à la graphie du kreol morisien. Les intervenants à ces soirées de formation sont Vidya Golam (enseignant du secondaire et auteur de plusieurs ouvrages en kreol), Dr Danielle Palmyre (Chef de Département à l’ICJM), Alain Romaine (chercheur en anthropologie créole), Dr Guilhem Florigny (chargé de cours à l’Université de Maurice) et Jimmy Harmon.