Une étude du Human Resources Development Council (HRDC) a révélé que 73 % des opérateurs dans le secteur du tourisme pensent qu’il y a une pénurie de main-d’oeuvre qualifiée à Maurice et que la situation va s’aggraver dans les cinq prochaines années. Ces données ont été présentées lors d’un atelier de travail, ce matin, à Pailles, qui a réuni les employeurs, les professionnels de gestion des ressources humaines, les représentants des institutions de formation et d’éducation et des étudiants. L’objectif étant d’identifier les compétences requises pour le secteur du tourisme.
Dans son discours, le ministre de l’Éducation et des ressources humaines, Vasant Bunwaree, a souligné qu’avec des recettes de près de Rs 43,4 milliards en 2011, le tourisme reste l’un des principaux piliers de l’économie mauricienne. Ce, malgré l’impact négatif de la crise économique globale sur ce secteur. Il a rappelé que la contribution du tourisme au Produit Intérieur Brut (PIB) a été de 7 % en 2011 avec une croissance de 3,2 % dans les arrivées pour atteindre 954 000, comparé à 935 000 en 2010.
Selon lui, l’île Maurice s’est très bien positionnée sur la scène internationale comme une destination touristique de grande valeur. Mais la compétition féroce qui règne sur ce marché fait que l’île a dû diversifier ses marchés pour s’attaquer au tourisme médical, à l’écotourisme et au tourisme d’affaires. Alors que la crise globale a affaibli le marché touristique, le gouvernement estime que l’éducation et la formation sont des piliers importants dans notre stratégie menant vers la relance économique. Une bonne planification des ressources humaines doit être de mise face aux besoins du business, maintenant comme à l’avenir. « En améliorant les compétences de la main-d’oeuvre, my ministry has ensured that opportunities for maintaining workers’employability and entreprises sustainability », soutient Vasant Bunwaree.
Pour sa part, le directeur du HRDC, Raj Auckloo, a indiqué que cette étude a été menée en 2011 auprès d’une centaine d’entreprises opérant dans le secteur du tourisme local. Selon cette étude, 73 % pensent qu’il y a une pénurie de main-d’oeuvre qualifiée dans le pays. Pour palier à ce problème de l’inadéquation des compétences, 86 % des opérateurs estiment que le système d’éducation et de formation doit être axé sur des compétences pratiques plutôt que théoriques. La majorité des opérateurs ont indiqué que les stages en entreprise sont très importants pour aider les demandeurs d’emplois à acquérir de l’expérience et mieux comprendre les compétences que recherchent les employeurs. Environ 73 % d’entre eux ont souligné que les cours de formation doivent correspondre aux exigences du marché de travail et 58 % ont dit que les institutions d’enseignements devraient établir des liens plus étroits avec les employeurs afin de mieux comprendre les besoins de l’industrie.