Un peu plus de six mois après son lancement, le National Skills Development Programme du Human Resource Development Council veut passer à la vitesse supérieure. Au cours de la semaine, les principaux stakeholders, à savoir les représentants du gouvernement et du secteur privé, réunis sous la présidence du Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, ont procédé à une autopsie de ce programme de formation visant à éliminer en partie le mismatch dans le monde du travail. Lors de cette présentation, les principales lacunes du programme, dont entre autres un drop-out rate dans la fourchette de 25 à 30% aussi bien que l’aspect peu attrayant du montant des stipends, ont été soulignées et les mesures correctives évoquées. Dans le budget 2016-17, le gouvernement a prévu des fonds de Rs 268 millions puisés du National Trraining Fund pour assurer la formation des sans-emploi, âgés de 18 à 35 ans.
En vue d’insuffler un nouvel élan à ce projet bénéficiant du partenariat public-privé, les autorités ont identifié six zones d’ombre nécessitant des interventions d’urgence, soit
— une attitude peu enthousiaste des jeunes pour la formation,
—  une démarche qualifiée de « too choosy » de la part de ces mêmes jeunes par rapport aux filières, soit des postes de téléagents, de charpentiers ou encore dans le domaine du housekeeping,
— le montant peu attrayant des stipends versés aux bénéficiaires,
— des no-shows pour les entretiens d’embauche ou les séances de formation,
— un drop-out rate variant de 25 à 30%, et
— une démotivation des entreprises à participer au National Skills Development Programme.

 Dans une tentative d’atténuer ces teething problems, les autorités envisagent une série de mesures en raison des mérites et des avantages découlant de la mise à exécution de ce projet. En dépit de ces problèmes, ce programme aura eu pour effet de « unlock a systemic problem » dans le monde du travail, de se révéler comme un projet avec une « high mobility » et surtout que le programme complémente les autres possibilités de formation sous le MITD avec 7 000 bénéficiaires en 2016 et sous la HRDC Levy avec 2 300.
 Ainsi, dans un proche avenir, les responsables du National Skills Development Programme devront faire preuve d’une plus grande flexibilité face au problème du drop-out rate avec des remplacements dans la mesure du possible. Des sessions d’information devront également être organisées avant le démarrage des cours en vue de sensibiliser sur l’importance de la présence assidue des jeunes au programme.
 Au chapitre du paiement des stipends, les autorités, conscientes des difficultés avec les irrégularités pour le paiement, proposent une cut-off date au 19 de chaque mois pour assurer un « timely payment of stipend ». Au terme d’une décision arrêtée par le Conseil des ministres en septembre de l’année dernière, chaque Trainee a droit à des allocations de Rs 5 000 par mois et des dépenses de travelling de Rs 1 000.
 Les autres mesures susceptibles d’être adoptées sont, entre autres, des « site visits at the training providers during training, ongoing meetings with training providers, industry associations and employers to increase the enrolment, streamlined approval procedure and reduced time frame and fast-track approval at MQA and HRDC ». En vue d’accroître l’intérêt au moment de l’enregistrement, des sessions d’informations, des rencontres avec les jeunes et les parents, la possibilité d’une formule décentralisée pour les enregistrements et l’introduction d’un SMS/WhatsApp Service pour les nouveaux cours ou autres annonces ont également été proposées.
 En principe, le National Skills Development Programme s’adresse à des sans-emploi âgés entre 18 et 35 ans, détenant des qualifications académiques du Certificate of Primary Education (CPE) au Higher School Certificate (HSC). Les cours sont d’une durée de 3 à 12 mois avec une composante de placement en entreprise à la fin de la période de formation. Ainsi, d’octobre de l’année dernière à avril, l’évolution de l’enregistrement pour ce programme s’établit comme suit:
— octobre : 1 288
— novembre : 2 182
— janvier 2017 : 4 400
— février : 5 173
— mars : 7 916 avec 1 051 pour les croisières
— avril 8 518 y compris les 1 051 pour les croisières.

 Plus d’une demande sur deux est enregistrée pour le tourisme et une sur cinq pour les TIC, alors que moins d’une sur dix pour la construction, secteur qui est présenté comme porteur d’emplois pour les mois à venir avec le démarrage d’importants chantiers. En termes de qualifications, 45% détiennent le School Certificate et 22% le Higher School Certificate, 20% ayant étudié jusqu’à la Form III, 7% le Pre-Voc.
 À ce stade, les approved courses offrent des possibilités de formation à 2156 jeunes, soit 986 dans le tourisme, dont 656 au MITD et 330 avec un Private Training Provider, 580 dans les TIC avec une majorité de 444 dans le privé, 399 dans la construction, dont 369 au MITD et 250 dans le domaine de la sécurité avec les cours assurés exclusivement par le privé.
 Pour la période d’avril à juin, l’objectif est d’ajouter 1 255 autres trainees, soit 400 pour les croisières, 400 pour les TIC, le tourisme et la construction, 245 dans des entreprise driven courses en collaboration avec Manser Saxon, Brink’s, BlueConnect, Outremer Telecom et Accenture/Websun, 160 dans le secteur paramédical et 50 dans l’agri-business. Pour juillet à décembre, l’objectif est de 500 dans les différents secteurs susmentionnés et comprenant aussi bien la logistique, la manufacture et les services financiers.
 L’objectif énoncé dans le discours du budget au chapitre du National Skills Development Programme se résume comme suit : « Government will enlist 4,000 persons under the National Skills Development Programme for training in technical skills that are in high demand. This will include training for 1,000 young people in each of the following sectors : ICT, tourism and hospitality ; nursing and paramedics and construction and other industries. »
 Rappelons que les trois principes fondateurs derrière ce programme sont de
uTrain unemployed youth to better match skills with the demand of the industry ;
uProvide in-demand skilled manpower to enterprises”.
uProvide trainees with the opportunity to experience the environment of a workplace.