Dix élèves de l’école de coiffure du salon Sasha à Curepipe ont obtenu leurs diplômes la semaine dernière. La vision de Sasha Mosafeer, en ouvrant son école, était que les élèves reçoivent une formation de qualité de niveau international afin de pouvoir travailler également à l’étranger.
En juillet 2012, Sasha Mosafeer ouvre Sasha The School by Sharmed Ltd, une école de coiffure en face de Sasha Coiffure à Curepipe. Affiliée à l’International Therapeutical Examination Council (ITEC) de Londres, cette école a récompensé son premier groupe d’élèves. Les détenteurs du diplôme octroyé par l’ITEC sont éligibles à aller travailler dans des salons internationaux exigeant d’avoir ce diplôme. À Maurice, ils peuvent même ouvrir leur propre salon.
Selon Sasha Mosafeer, « la coiffure va au-delà de couper et de brosser les cheveux. C’est un métier ingrat, car on reste debout toute la journée, mais qui demande beaucoup de respect. C’est presqu’un art. Le métier est en très grande demande à travers le monde, au Canada, en Australie et dans les pays en voie de développement, ainsi que dans les hôtels, spas et sur les paquebots. »
Les cours sont dispensés par des professionnels de l’Institut Sasha Coiffure et par cinq coiffeurs de renommée internationale, trois jours par semaine. Les formations se font en trois parties: la théorie, la pratique sur tête malléable et la pratique sur tête vivante. Les élèves ont également l’opportunité de suivre des stages chez Sasha Coiffure ou dans d’autres salons de coiffure. Pour Sasha Mosafeer, il est important de mélanger la théorie à la pratique afin d’acquérir l’expérience réelle. L’examen – qui comporte 13 modules – auquel ont pris part ce premier groupe d’élèves a été supervisé de manière stricte par des officiers de l’ITEC.
Dirigée par Sujit Arianaick, Sasha The School by Sharmed Ltd a accueilli une quinzaine d’élèves au cours de la première année. Elle propose un cours de Level 2 Diploma in Hairdressing. Unique cours de ce niveau offert à Maurice, il c’est taillé pour permettre à un débutant de suivre la formation, dit Sujit Arianaick. Décernant la haute qualité et des qualifications de l’industrie respectées depuis 1947, l’ITEC est aujourd’hui l’un des plus grands et des plus prospères organismes de certification au monde, spécialisé dans la beauté et la thérapie complémentaire, le Sport, le Fitness et les secteurs de la coiffure.
Le programme proposé par l’ITEC est à la hauteur d’un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de France, dit Sasha Mosafeer. Il comprend, notamment, la coloration, le défrisage, la tricolorie et un peu de science pour connaître les problèmes de peau. Les élèves de l’école ont ainsi été formés pour tous les soins des cheveux, ainsi qu’à la coupe, la coloration, le défrisage, lissage, rebonding, la keratine, la haute coiffure et un peu de psychologie pour leur faire comprendre les enjeux de ce métier. « On organise aussi des compétitions internes pour la haute coiffure », indique Sujit Arianaick.
Suite à ce premier batch éligible à accéder au niveau supérieur de la formation, il est envisagé d’offrir des cours en Level 3 , de même qu’en manucure et pédicure. Le recrutement se fait généralement en mars et en juillet.