Rishy Bukoree, cadre au département de l’information du Prime Minister’s Office, a suivi le mois dernier un cours de trois semaines à la London School of Economics and Political Science (LSE). La formation, intitulée Programme for African Leadership (PfAL), comporte toute une série de lectures, d’exercices pratiques et d’interactions intenses, et vise principalement les ressortissants des pays africains qui peuvent contribuer au leadership de leurs pays respectifs.
Les thèmes majeurs du PfAL sont liés à la démocratie, aux objectifs de développement du millénaire, à la bonne gouvernance, au rôle des médias et du droit à l’information, aux droits humains et civiques dans le contexte du law and order, aux pays émergents, au changement climatique, à la lutte contre la pauvreté, à la place des jeunes et les changements démographiques, à la santé publique, à la prééminence des intérêts occidentaux dans les affaires et institutions internationales, entre autres. Parmi les chargés de cours et intervenants figurait Mo Ibrahim, dont l’index a régulièrement classé Maurice en tête du classement pour la bonne gouvernance, le professeur et avocat Connor Gearty, sommité en matière de droits humains, ou encore Clare Short, ancienne ministre travailliste de Tony Blair, démissionnaire dans le sillage de la participation de la Grande-Bretagne aux côtés des États-Unis pour attaquer l’Irak.
« Ce fut une expérience mémorable et grandement enrichissante. Les intervenants et participants ont tous contribué à rendre toute la formation stimulante, tout en nous permettant de réfléchir sur les fondements d’une meilleure société pour nos pays respectifs », devait souligner Rishy Bukoree. Il estime qu’il est également important que les jeunes, qu’ils soient du secteur public ou privé, aient des opportunités de participer au processus de decision-making. « Les talents et les compétences sont là. Il est donc essentiel qu’ils aient leur mot à dire, et aient la chance de transmettre leurs idées et une dose de fraîcheur dans la manière de voir les choses. Sinon, ce sera le statu quo et le “bouge-fixe” à plusieurs niveaux », ajoute avec sa franchise habituelle Rishi Bukoree, lui-même ancien classé et boursier qui est titulaire de diplômes en lettres, en relations internationales et en droit.
Le PfAL a été rendu possible en grande partie grâce au sponsorship de Firoz et Najma Lalji, un couple d’origine ougandaise établi par la suite au Canada et aux États-Unis, expulsé dès leur jeune âge de l’Ouganda lors du règne d’Idi Amin dada. Firoz Lalji est également un alumni de la LSE. Le PfAL est dirigé par le Dr Purna Sen, ancienne directrice des droits humains au Secrétariat du Commonwealth et préalablement directrice de la région Asie-Pacifique pour Amnesty International.