Seize mois après le début des travaux à la Fort Victoria Power Station, le vice-Premier ministre et ministre des Services publics Rashid Beebeejaun a lancé mercredi dernier la phase 2 du redéploiement des structures énergétiques de la station. Les travaux sont effectués par la BWSC, firme danoise spécialisée dans l’installation des moteurs producteurs d’énergie, et son partenaire local PAD & CO.
Les employés de Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC) et ceux de PAD & CO ne cachaient pas leur satisfaction mercredi dernier, le délai de livraison de ces travaux lancés le 14 mars 2011 ayant été scrupuleusement respecté, ce qui est rare à Maurice. « Il n’y a pas eu besoin d’avoir recours aux demandes d’extension sur le chantier. Les travaux ont été complétés sans le moindre surcoût à la satisfaction du client, qui a obtenu toutes les structures de ce chantier dans les délais, notamment pour effectuer les tests et pour lancer les moteurs à plein régime. On m’a laissé comprendre que c’est une première à Maurice. Nous sommes heureux pour cela », a expliqué au Mauricien un des ingénieurs de BWSC, le sourire aux lèvres. Jorgen Jensen a travaillé durant ces 16 derniers mois en compagnie de ses compatriotes danois Brian Jensen et Allan Rasmussen pour l’installation de quatre générateurs de 15 MW chacun. Il loue par ailleurs le travail de génie civil et électromécanique exécuté par les équipes de PAD & CO.
« Lorsque nous sommes arrivés sur le chantier, il y avait tout à faire, notamment démolir tout un bâtiment qui abritait les moteurs MIRLESS pour construire de nouveaux locaux aux standards internationaux. The job was simply exceptional, il fallait mettre en place des nouvelles installations dans des conditions difficiles. Et ce, sans déranger la production de Fort Victoria, qui avait déjà deux moteurs de 15Mw roulant à plein régime depuis la phase 1 du projet », avance encore Jorgen Jensen, qui n’est pas à son premier chantier d’une telle ampleur à Maurice.
La phase 2 du Fort Victoria n’était pas sans son lot de complexités. Après les démolitions, il fallait ainsi construire un hangar en acier inoxydable pour les quatre turbines, ses auxiliaires mécaniques et trois cheminées de 65 m de haut. Dans la foulée, il fallait aussi mettre en place un réservoir d’eau de 1 200 m3, un réservoir d’huile lubrifiante, un autre pour la vidange. Mais le clou de ces travaux a été sans conteste l’installation d’un mur coupe-son sur 100 m autour du site afin d’assurer la tranquillité du voisinage à Cassis.
BWSC – qui achève à Fort Victoria son septième chantier à Maurice – et son partenaire PAD & CO concentrent maintenant leurs énergies sur la station de Pointe-Monier à Rodrigues, où ils terminent l’installation d’une nouvelle turbine.