Transférés depuis une semaine, les maraîchers du Forum de Curepipe disent ne plus savoir à qui s’adresser. Installés sous une structure temporaire sur le parking, ils sont une vingtaine à bouder leur nouvel espace d’opération à cause des nombreux inconvénients qu’il représente. « Nous sommes négligés par la municipalité. Nous avons fait état de nos revendications au maire mais, à ce jour, rien n’a été fait pour améliorer notre sort », s’insurge Marday Valaydon.
Protestant contre les conditions dans lesquelles ils doivent travailler, une poignée de marchands ont décidé de bouder les jours de foire en attendant que la municipalité respecte ses engagements. Depuis samedi, tous les marchands opérant au Forum de Curepipe y ont été transférés. Si ceux ayant obtenu les meilleures places sont satisfaits, un groupe de maraîchers qui travaillent au Forum depuis une vingtaine d’années sont mécontents. Lors du transfert, ils ont découvert que l’emplacement des étals a connu un changement important, une situation qu’ils n’arrivent pas à comprendre. « Nou pa mem o kouran si finn ena enn exersis tiraz o sor. Nounn zis kone ki nou ti bizin sanz plas travay », martèle Govinden Samoo. Ceux protestant contre cette situation sont les maraîchers qui ont obtenu un espace à l’arrière du bâtiment. « Sa plas kot nou ete la, nou pa gagn klian akoz nou dan bout net. Nou bann per de fami nou pa pou kapav kontign travay pou dipin diber. Nou pa pou kapav deplase pou vann zis de legim ». L’emplacement des étals et le plan de la structure temporaire sont ainsi fortement contestés. Marday Valaydon soutient que « les meilleurs étals ont été attribués à des activistes politiques et des fonctionnaires, qui lors des jours de foire travaillent comme marchands ». Et de critiquer la concurrence déloyale dont ils sont victimes à travers les marchands ambulants qui vendent des légumes dans le centre ville et à la gare Jan Pallach.
Lors d’une réunion lundi à la municipalité de Curepipe, les maraîchers ont fait le point sur leur situation tout en évoquant les inconvénients liés à ce transfert. Le maire, Mario Bienvenu, leur a donné l’assurance d’améliorer leurs conditions de travail. « Me depi sa, nou pankor trouv nanie konkre. Lundi prosin pou fer enn semenn. Nou ava gete ki li pou dir nou ».