On explique que c’est dans une ambiance bon enfant que s’est déroulée la réunion. Cette rencontre qui avait pour objectif de lancer la machine en vue des Jeux des Iles s’est heurtée dit-on à un obstacle majeur: l’argent. Cette rencontre annoncée depuis une quinzaine de jours s’est déroulée à huis clos. C’est-à-dire en l’absence totale des journalistes, soigneusement évités pour la circonstance. Le seul journaliste présent hier au 9e étage du NPF Building était Stany Maurice de L’express, venu récupérer à la demande du président du COM, son accréditation pour les JO des Londres. Ce qui est pour le moins une démarche plus que déplorable de la part du ministre Devanand Ritoo, qui semble vouloir prendre une habitude avec les réunions secrètes.
N’empêche que le mot argent a  été dans la bouche de quasiment tous ceux qui sont intervenus  dans cette rencontre.
Il a été souhaité par tous que dès le prochain budget du gouvernement, l’argent pour la préparation des Jeux des Iles 2015 à La Réunion commence à montrer le but de son nez. «Je suis rassuré à l’effet que le ministre de la Jeunesse et des Sports et le président du comité olympique ont parlé dans le même sens. C’est-à-dire la nécessité de trouver l’argent nécessaire pour aider à la préparation des différentes sélections, pas six mois avant les Jeux, mais trois ans avant», a expliqué hier au téléphone le président de l’Association mauricienne de Badminton, Raj Gaya qui a remis hier au ministre un souvenir venu du Maroc, un ballon de football en bois (photo).
En effet, il nous revient qu’au cours de cette réunion, le ministre — qui avait en face des présidents ou des représentants des 18 fédérations —a fait un détour par les résultats ramenés des Seychelles en 2011 avant de revenir sur les Jeux de 2015. En fait, cette rencontre a été celle des promesses. «Le ministre a parlé d’une situation où il nous faut travailler main dans la main pour cette aventure de 2015. Il a parlé de la démarche du Club Maurice Company pour trouver de l’argent dès cette année pour commencer la préparation», a indiqué un autre président de fédération qui a voulu garder l’anonymat. Dans la foulée, nous apprenons qu’au cours de cette réunion à huis-clos, le ministre a évoqué le fait qu’une sélection en lice pour les JIOI 2015 puisse faire un stage à Maurice comme à l’étranger. Il a aussi évoqué la possibilité de voir «comment les athlètes puissent bénéficier dans un délai adéquat des équipements que seront utilisés durant les Jeux.
CSR: cadeau empoisonné
Dans la foulée, des instructions ont été données au président du MSC de veiller à ce que les sites d’entraînements soient en conditions. La question que les sélections puissent bénéficier du soutien technique d’un DTN étranger ou Mauricien a été aussi été évoquée.  La grande question des présidents des fédérations, a été certes l’argent, mais aussi le «release» des sportifs pour les entraîneurs. Le président de la Fédération mauricienne d’Haltérophilie a encore une fois évoqué le cas de son entraîneur Serge Calotte. En guise de réponse, le ministre a indiqué que le minisètre de l’Education n’est pas favorable à cette demande.
Joint au téléphone, le président du COM, a souligné à Week-End qu’il a effectivement parlé de finances et a demandé au ministre de «chercher une réunion avec son collègue des Finances» pour déblayer le terrain avant la présentation du prochain budget. «Il y aura à la Réunion quelque 200 médailles d’or à gagner. Pourquoi pas  décider dès maintenant le nombre de médailles qu’on veut gagner et faire un plan d’action en conséquence. J’ai souligné  l’importance de travailler ensemble sur ce projet et aussi de nous donner les moyens pour réussir. Il faut que les fédérations disposent de toutes les forces pour réussir dans leur tâche», a indiqué PHTV.  Ce dernier, dit-il, a évoqué le CSR qui reste pour l’heure «un cadeau empoisonné», même pour les fédérations qui en bénéficient . «J’ai dit qu’il est temps que le gouvernement revoit les règlements autour du CSR pour que les sportifs puissent vraiment en tirer profit», soutient le président du COM.
Dans les coulisses, nous apprenons qu’après cette réunion, le MJS  pense mettre en place un comité de suivis pour assurer la préparation de ces 9es JIOI.