À la suite de sa demande de réouverture du Foyer Namasté, hier après-midi, le président du Forum des Citoyens Libres (FCL), Georges Ah-Yan, a tenu à rencontrer la presse. Il a montré son mécontentement et sa colère suite aux décisions prises concernant le foyer par la ministre Mireille Martin.
À sa sortie de la rencontre avec Mireille Martin, Georges Ah-Yan a expliqué qu’il se battait pour réactiver les fonctions des quatre centres fermés par cette dernière. Avec leur fermeture, aujourd’hui 52 travailleurs sont au chômage et une quarantaine d’enfants sont à la rue ou à l’hôpital dans les Intensive Care Units (ICU). Beaucoup de parents, selon Georges Ah-Yan, ne sont pas au courant de la situation de leurs enfants.
La ministre a tenu ferme sur sa décision concernant le Foyer Namasté. Pour elle, l’endroit ne peut être considéré comme un “Place of Safety”. Le président du FCL lui a fait comprendre que l’enquête de la police n’est pas terminée et que l’affaire n’a pas été prise en Cour, et qu’elle ne pouvait donc se prononcer sur le sort de ces centres. Ce droit, soutient-il, revient uniquement au juge. « C’est de l’injustice ! Une allégation n’est pas obligatoirement une preuve de culpabilité », soutient Georges Ah-Yan. « La ministre a agi en amateur dans cette affaire, elle n’avait nullement le droit de prendre de telles décisions ».
Mireille Martin, dit-il encore, a insisté sur le fait que les enfants n’avaient pas de dossier médical. Géraldine Sahye, une ex-employée du foyer, devait rétorquer : « Un médecin de la Child Development Unit (CDU) venait vérifier la santé de chaque enfant. Il y avait des dossiers médicaux. » Le président du FLC a avancé que « cette cause est d’ailleurs soutenue par plusieurs médecins ».
Georges Ah-Yan a prévenu que si d’ici le 1er mai, Mireille Martin ne change pas d’avis, il y aura une grève de la faim organisée par le FCL en collaboration avec certains « amis » de Jack Bizlall. Les parents, “carers” et les pensionnaires pourront y participer. Cette grève commencera à 13 h au Jardin de la Compagnie.