Suite au retrait de l’appellation “Place of Safety” par le ministère du Développement de l’enfant cette semaine, celui de la Sécurité sociale annonce le transfert des résidents présentant un handicap de l’Association d’hébergement pour les personnes inadaptées. Cette décision intervient dans le sillage des révélations faites par un ancien résident du foyer de 14 ans, qui a porté plainte cette semaine pour un cas d’abus sexuel allégué par le cofondateur de l’association.
Une déposition formelle faisant état de « causing child to be sexually abused » a été consignée contre le cofondateur de l’Association d’hébergement pour les personnes inadaptées, Steeve Savrimootoo, en début de semaine ; ce qui a mené à son arrestation. L’enfant présumé victime, âgé de 14 ans, est sorti de son silence mardi dernier alors qu’il était hébergé au Centre d’éducation et de développement pour les enfants mauriciens (CEDEM).
L’Association d’hébergement pour les personnes inadaptées gère quatre centres, également connus comme le Foyer Namasté à Curepipe, Valetta, Roches-Brunes et Albion. Suite à la déposition consignée par le mineur, le ministère du Développement de l’enfant et du Bien-être familial a procédé mardi dernier à la suspension de la licence “Place of safety” de ce centre.
Le centre du Foyer Namasté situé à Valetta accueille des enfants et des adultes vivant avec des handicaps, les uns les plus sévères que les autres. Le ministère de la Sécurité sociale a pris la décision de les reloger dans d’autres ONG, annonce la ministre de tutelle Sheila Bappoo qui se dit « très concernée par la situation ». Ce foyer compte six enfants handicapés et le CEDEM a accepté d’héberger trois d’entre eux à compter d’aujourd’hui alors que les autres retourneront auprès de leurs familles, indique-t-elle. S’agissant des 17 adultes, ils seront transférés au Maharana Pratab Ashram à Belle-Mare. « Et ce, en consultation avec les familles », précise Sheila Bappoo. « Lundi, le relogement sera fait », assure la ministre.
Le ministère a agréé aux demandes de ces ONG en termes de besoins – couches, fauteuils roulants, entre autres – pour accueillir ces futurs résidents. Sheila Bappoo a concédé avoir reçu plusieurs doléances au sujet du Foyer Namasté. Des officiers de son ministère, qui ont effectué une descente des lieux jeudi, ont conclu que les normes élémentaires d’hygiène n’y sont pas respectées et que les résidents sont en surnombre, contrairement aux dispositions de la Residential Care Home Act. La ministre a annoncé que le Residential Care Home Board à travers son président, également Permanent Secretary du ministère, consignera une déposition à la Police contre le Foyer Namasté, qui souligne-t-elle, opère dans l’illégalité.