Ils se disent révoltés et très inquiets après avoir appris qu’ils devront bientôt payer leurs cours universitaires. En effet, les étudiants de l’université de Technologie de Maurice (UTM) sont en présence d’une demande de paiement de frais universitaires de Rs 22 000 par semestre. Et ce, en dépit du « kado banané » de Pravind Jugnauth de l’éducation tertiaire gratuite dans les institutions mauriciennes sauf pour le paiement des frais administratifs.

Les étudiants de l’UTM se concertent pour que la lumière soit faite sur cette annonce. Au niveau de la direction de l’UTM, ce développement est considéré comme « assez choquant » et elle espère qu’une solution « soit trouvée au plus vite ».

Le président de l’Union des Étudiants, Leckraj Ramnarain, soutient que « nous n’attendions pas cette nouvelle ». Il poursuit : « Tous les documents officiels, que nous avons reçus de l’administration, stipulaient le montant à payer pour chaque semestre car nous avons deux admissions chaque année. Nous savions que nous ne paierions que les frais administratifs, soit Rs 3 500, mais nous sommes étonnés que ce montant ait changé. »

En ce sens, il indique qu’une rencontre a eu lieu avec la direction de l’UTM pour des discussions. « Malgré cela, aucune confirmation et assurance n’a été donnée aux étudiants au sujet du montant à payer », déplore-t-il.

Il poursuit : « La direction est dans le flou et ne sait pas quoi faire. Elle attend toujours une réponse du ministère de l’Éducation. » Leckraj Ramnarain dit « ne pas comprendre » la démarche du gouvernement. « On nous a dit que les cours seront gratuits et maintenant on change de langage. C’est très décevant de leur part », dit-il. Il avance que « je n’accepterai aucune injustice à l’encontre des étudiants ».

Les membres de l’Union des Étudiants se concertent en ce moment pour établir la marche à suivre et comptent alerter les plus hautes instances.

Leckraj Ramnarain fait ressortir que les étudiants, qui changent de semestre en première année, doivent payer leurs frais d’études, contrairement à ceux qui vont en deuxième ou troisième année. Selon lui, les étudiants sont « choqués » lorsqu’ils ont appris qu’ils auront à payer alors que l’annonce faite par le gouvernement était d’offrir gratuitement les cours au niveau tertiaire pour l’obtention d’un “certificate”, d’un “diploma” ou d’un “degree” dans les institutions publiques.

« La moitié de la population estudiantine à l’UTM sera pénalisée. Nous sommes très déçus. Nous avons à payer nos frais d’études jusqu’au 31 janvier », dit-il. Le fait d’avoir appris cette nouvelle il y a trois jours, poursuit-il, peine les étudiants et leurs parents qui devront trouver les moyens d’honorer cette somme, soit Rs 22 300 par semestre. « C’est impossible pour les parents de trouver ce montant », ajoute le président de l’union.

Observant ses amis sur le campus, il soutient que ces derniers sont très « tristes, démotivés et frustrés ». Et d’ajouter : « Nous recevons plusieurs messages sur les réseaux sociaux mais nous ne savons pas quoi répondre. » Leckraj Ramnarain demande aux étudiants « de n’effectuer aucun paiement car aucune communication officielle n’a été obtenue jusqu’à présent ». Il fait également ressortir que tous les étudiants devaient remplir une fiche pour confirmer s’ils étaient déjà détenteurs d’un “degree” ou pas.

Alors que cette nouvelle n’est pas encore confirmée au niveau de la direction de l’UTM, l’Union des Étudiants ne compte pas baisser les bras. « Nous n’allons pas rester tranquilles. Comment est-ce possible que ceux qui entrent en mars ne paient pas alors que ceux qui commencent les cours en août doivent payer ? » se demande-t-elle.

Yudish Kowlessur, ex-étudiant de l’UTM et leader de la Democratic Student Force, explique que le fait de demander à un étudiant de payer ses frais d’études lorsque ce dernier change de semestre « n’est pas correct ».

Choqué.

Il ajoute : « Cette nouvelle ne nous réjouit pas car le Premier ministre avait annoncé que les cours seraient gratuits et les modalités avaient même été expliquées par la ministre de l’Éducation. À aucun moment, on avait dit que nous devions payer les cours. Si on voulait que l’étudiant paye ses études, on aurait dû le dire. Ainsi, les parents auraient pris leur disposition. »

Il souligne que trouver une somme de Rs 22 300 est « difficile ». Et de poursuivre : « Certains parents ont l’habitude de prendre des prêts pour trouver cette somme. Mais demander aux parents de tout payer d’ici le 31 janvier, c’est très difficile. » De plus, la décision d’accorder une extension jusqu’au mois de mars pour que les étudiants paient ces frais, est fortement contestée.

« Nous ne sommes pas d’accord de payer », dit Yudish Kowlessur, qui fait ressortir que le gouvernement ne peut « changer de langage » du jour au lendemain. Si la décision est prise au sujet du paiement complet des frais d’études, Yudish Kowlessur avance que des « batailles » seront menées de manière légale pour faire entendre la voix des étudiants.

Par ailleurs, la direction de l’UTM, apprenons-nous, est « choquée » d’apprendre que les étudiants devront payer les cours. Le sujet a été abordé avec le ministère de l’Éducation depuis mardi.

« Le ministère de l’Éducation amende sa politique pour inclure ces étudiants. Nous attendons une confirmation écrite de la part du ministère aujourd’hui », nous confirme une de nos sources à UTM. Selon nos sources, un représentant du ministère de l’Education a affirmé que la gratuité des cours ne concerne pas les étudiants qui font leur deuxième semestre (mars 2019), ce qui concerne la moitié des étudiants de l’UTM.