La France s’est imposée 2-0 contre le Nigeria à l’Estádio Nacional de Brasília grâce à Pogba (79e) et à Yobo contre son camp dans les arrêts de jeu. Mais le match a été très pénible pour les Bleus. Diminués physiquement par la chaleur étouffante qui régnait sur la pelouse, ces derniers ont balbutié longtemps leur football. Ils semblaient évoluer au ralenti et sans imagination. On les sentait également friables en défense sur les contres nigérians. La menace d’un match piège débouchant sur une défaite sans gloire se profilait.
Mais un fait de jeu a constitué le tournant de cette rencontre. Il s’agit du remplacement d’Olivier Giroud par Antoine Griezmann à la 62e. Le titulaire a fait un match très moyen et l’entrée en jeu du jeune prodige de la Real Sociedad a été salutaire. À partir de là, le jeu français s’est progressivement libéré. Benzema sonnait la charge à la 69e en se retrouvant seul devant Enyeama. Mais ce dernier détourne la tentative du Madrilène avant que le ballon ne soit dégagé par un défenseur nigérian juste avant le franchissement de ligne. C’est ensuite Yohan Cabaye qui trouvait la barre transversale d’une frappe de 25 mètres. Et la décision est enfin venue, de Paul Pogba, qui marque de la tête dans le but vide suite à une mauvaise sortie d’Enyeama sur corner.
Griezmann à l’origine du second but !
Le début de match des Bleus a été poussif et s’est traduit par une légère domination des Super Eagles. Ces derniers gagnaient la majorité des duels et affichaient une meilleure maîtrise dans la possession du ballon et dans le pressing. Pourtant, les occasions franches étaient françaises. Paul Pogba, déjà, sonnait l’alerte sur une jolie volée détournée par Vincent Enyeama dont on redoutait qu’il soit dans un grand soir. Cela n’a été finalement pas le cas vu qu’il se manque sur sa sortie aérienne qui amène le premier but français. Ce fut ensuite Mathieu Debuchy qui voyait sa frappe passer à coté du montant gauche de Vincent Enyeama.
 
Malgré ce jeu français sclérosé par la chaleur suffocante, on sentait bien que les Bleus pouvaient se montrer dangereux en phase offensive. Mais ils ont aussi montré que leurs coups d’éclat allaient être ponctuels. Antoine Griezmann a fait en sorte que ce rayonnement en attaque soit plus continu. Et c’est d’ailleurs lui qui est à l’origine du second but. Il presse Yobo au moment d’un centre de Valbuena et le défenseur nigérian se trouve perturbé au point d’envoyer les ballons dans ses propres filets. Le boulot est fait, la France est en quarts et a définitivement réussi son Mondial 2014.