Le député de l’Organisation du Peuple de Rodrigues, Francisco François, préconise la création d’un Institut national opérant sous les hautes instances du bureau du Premier ministre afin de s’occuper de toutes les questions ayant trait à la drogue. Il intervenait hier dans le cadre des débats parlementaires sur la dissolution de la NATRESA.
Le député François affirme que cette agence nationale a été « au centre de beaucoup de critiques et a été totalement inefficace dans la lutte contre la drogue à Rodrigues ». Ce qu’il faut, dit-il, c’est « la création d’un National Institute sous le PMO qui s’occupera de toutes les questions sociales, légales, entre autres, liées à la drogue ».
À travers cet argument, Francisco François s’exprime dans la même ligne que son colistier Joseph Léopold, qui avait proposé un peu plus tôt un National Drug Strategic Framework. Le député François affirme que « sa proposition est aussi valable pour Rodrigues » et il propose la création d’un « Rodrigues Council of Drug Abuse » sous l’égide du bureau du Chef commissaire.
Le député François a aussi parlé de la lutte que mène le Crack Anti-Drug Group à Rodrigues, sans le soutien des CSR et des Rs 70 000 mensuelle de la NATRESA pour couvrir, entre autres, les frais et le salaire des 14 employés. Francisco François a plaidé pour une île Rodrigues sans drogue et demande « un contrôle strict des déplacements vers l’île au port ainsi qu’à l’aéroport pour empêcher les trafiquants de s’y rendre ». D’autre part, le député note que « le sevrage se fait sans produits de substitution à Rodrigues » et pense que « ce modèle peut être répliqué ailleurs ».
Par ailleurs, Francisco François s’est interrogé sur ce qui se passe après la dissolution de la NATRESA: « est-ce que le ministère nous soutiendra ? »