Une précédente édition américaine du magazine Rolling Stone le mettait en couv’. Car François 1er se distingue de ses prédécesseurs et se pose en pape du peuple. Au-delà d’une communication soignée, se trouve un pape aux positions assez conservatrices.
François 1er en une de Rolling Stone : une symbolique soignée pour ce premier pape du continent américain. L’actuel souverain poncif a aussi remplacé la Mercedes classique par une Ford Focus. Il a lavé les pieds d’une femme musulmane, mis en avant ses origines modestes. François 1er est fan de foot. Il a aussi trouvé le temps de dénoncer le capitalisme, la bourse et l’économie de marché. Il est même devenu la personnalité la plus populaire sur Internet, devant Barack Obama. Que le Vatican diffuse un tweet montrant le pape en super-héros en dit long sur les changements de mentalité au sein de l’Église en 2014.
Le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio est devenu en mars 2013 le Pape François. Alors que l’Église catholique était secouée par divers scandales (pédophilie, corruption, etc.), ce changement apparent a enthousiasmé les fidèles et interpellé les non-croyants. François 1er  renvoie une image de pape proche du peuple. Dès le choix de son patronyme, qui rend hommage à Saint François d’Assise (défenseur des pauvres et de la paix), le pape a donné le ton. Quelques jours après son élection, il déclarait : Je voudrais une Église pauvre, pour les pauvres”.