L’ancien DTN, le Français François Blaquart, est confus et l’a laissé entendre. S’il y a « de l’émotion et de l’affectif » pour la réouverture du Centre technique national, qui porte son nom, il trouve toutefois bizarre que la structure ait fermé ses portes alors qu’elle produisait des fruits.