François Forget est féru de musique classique. Après Il débarque, place maintenant à Il revient, son deuxième concert, qui aura lieu le 28 novembre à la Maison de l’Étoile d’Eurêka à Moka. Rencontre.
Désuet, bourgeois, élitiste, pourrait-on dire du lyrique. Pour François Forget, la musique classique ne se démode pas et n’est pas conformiste. Un héritage qu’il a reçu de sa famille et qu’il a légué à ses trois enfants. “La voix lyrique est dans mes gênes”, confie ce consultant en assurances, absent du pays pendant treize ans. “J’aime les belles musiques, peu importe le genre. Mais ne me parlez pas de la techno, elle ne m’inspire pas.” Ce don le mènera à faire partie de Friends of OperArts, où il aide à monter des concerts, comme le fait également sa soeur, Adeline Forget.