La semaine de la langue française et de la francophonie débute ce samedi à 10 heures avec la fameuse dictée, « un très beau texte littéraire », dit-on, qui sera faite par Michèle Lenoble-Pinson, l’invitée d’honneur de l’ambassade de France pour ces célébrations à Maurice. Suivront des conférences, une soirée cinéma, un concert, ainsi qu’un atelier et un tournoi de slam. Quelques repères.
Les amoureux de la langue de Molière peuvent se réjouir : la semaine de la langue française et de la francophonie commence en effet aujourd’hui, et ce dès 10 heures, avec la traditionnelle dictée. Celle-ci sera prononcée par Michèle Lenoble-Pinson, l’invitée d’honneur de l’ambassade de France. Au programme également : conférences, soirée ciné, concert et activités tournant autour du slam.
Concernant la dictée de la francophonie, celle-ci est ouverte à trois catégories de concurrents : les juniors (12 à 14 ans), les seniors (15 à 18 ans) et les adultes (étudiants et parents). Les gagnants seront connus à 13 heures, soit après un brunch musical à l’Institut français de Maurice (IFM). Outre son érudition et son autorité en matière d’orthographe, Michèle Lenoble-Pinson est une conférencière recherchée et une observatrice passionnée de cette matière vivante qu’est la langue. Elle donnera ainsi une conférence à l’IFM le 20 mars à 18 heures, où elle élaborera son propos sur une citation de Rivarol : « Ce qui n’est pas clair n’est pas français. »
Cette allocution permettra de donner des repères sur le développement et l’évolution de cette langue à travers l’histoire de la langue romane à l’Académie française sous Louis XIII, jusqu’à cette époque où elle était considérée comme la langue internationale dans les cours européennes. L’académie de Berlin demandait ainsi en 1784 : « Qu’est-ce qui a rendu la langue française universelle ? » Mme Lenoble-Pinson s’exprimera aussi le 19 mars sur les défis et perspectives de l’enseignement du français au Mauritius Institute of Education. Puis, le 20 mars à l’Université de Maurice, sur la féminisation des mots de métiers. Question à laquelle elle a d’ailleurs consacré un livre.
Le cinéma sera également au rendez-vous avec deux variations sur la confrontation des différences, en une seule soirée, le mercredi 21 mars. Réalisé par Jean-Marc Vallée en 2005, le drame québécois Crazy aborde la prise de conscience de son homosexualité par le jeune Zacharie, quatrième d’une fratrie de cinq enfants. Fils de parents dévoués et aimants, il voue une admiration sans bornes à son père. Mais ce dernier désapprouve ses penchants pour des jeux qu’il estime peu virils. Cette projection est programmée à 18 h.
Elle sera suivie à 20 h 30 par Indigènes, le film de Rachid Bouchareb sorti en 2006, qui a remporté un bien marquant prix collectif d’interprétation masculine à Cannes. Représentant la France, l’Algérie, le Maroc et la Belgique, ce film a mis en avant ces héros alors souvent dénigrés qu’ont été les soldats du Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale. Les rôles poignants des soldats Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassir étaient incarnés respectivement par Sami Bouajila, Jamel Debbouze, Samy Naceri et Roschdy Zem.
La soirée du 23 mars célébrera la chanson française à travers ses textes et titres les plus célèbres, dans une interprétation proposée par Les Compagnons d’un Rêve que sont Jean-Claude Antoinette, Gilbert Bigaignon et Gilbert Antoinette. Accompagnés de sept musiciens, ils donneront vie aux textes de Montant, Trénet, Piaf, Ferrat, Dalida, Bécaud, Aznavour, Cabrel, Dutronc et tant d’autres, en s’inspirant directement des Compagnons de la Chanson.
Toujours des mots et du rythme pour conclure avec un atelier de slam et un tournoi, qui auront lieu à l’IFM le samedi 24 mars de 10 h à 16 h. L’atelier matinal sera animé par un slamologue et devra permettre d’introduire les dix mots de la francophonie de l’année 2012 que sont âme, autre, caractère, chez, confier, histoire, naturel, penchant, songe et transports. Le tournoi accueillera des concurrents dans les catégories enfants et adultes, sur des prestations de 3 min et 10 sec, qui seront présentées de 13 h 30 à 16 heures. Les quatre meilleurs slammeurs seront récompensés dans la foulée.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Parcours sans faute
Michèle Lenoble-Pinson a été professeur émérite des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles et professeur honoraire du Conseil de l’Union européenne. Elle a présidé de nombreuses institutions et missions, telles que le Conseil de langue française et de la politique linguistique de la Communauté française de Belgique et la Commission de terminologie de ce même conseil, comme le Groupe de Modernisation de la Langue, ainsi que le Championnat d’orthographe de Belgique, l’Union internationale de la presse francophone, etc. En 1982, elle jetait un pavé dans la mare en proposant un lexique des termes anglais et américains relevés en une année dans un grand quotidien bruxellois sous le titre « Le français à la sauce anglaise ». Elle a régulièrement proposé des ouvrages sur l’orthographe et son évolution, ainsi qu’un « Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre ».
Pour se préparer à la prochaine dictée de la francophonie, on ne peut que recommander la lecture de son ouvrage « Écrire sans faute », qui regroupe des dictées commentées des Championnats d’orthographe, ou encore « Le français correct » de M. Grevisse de 2009, sur les difficultés de la langue française, auquel elle a contribué.