L’Attorney General Yatin Varma a procédé à l’ouverture d’un atelier de travail sur les techniques d’investigation ce matin au Domaine Les Pailles. Cette rencontre de deux jours est organisée par le Port-Louis Chapter de l’Association of Certified Fraud Examiners. Son objectif est de donner plus de moyens aux professionnels pour combattre la fraude.
Maurice compte à ce jour 27 Certified Fraud Examiners et une quarantaines d’associés, a indiqué ce matin le président du Port-Louis Chapter de l’Association of Certified Fraud Examiners Poonanan Jeebun. Plusieurs professionnels interviendront, lors de cet atelier de travail sur les techniques d’investigation au Domaine Les Pailles, en vue de former les membres de la branche mauricienne. Parmi ceux présents figurent Vasdev Hassamal et Sudhamo Lal, respectivement Chairperson et directeur général de la Mauritius Revenue Authority ainsi que Dev Bikhoo, directeur de la Financial Intelligence Unit.
Les crimes financiers, a pour sa part rappelé l’Attorney General, peuvent prendre plusieurs formes. « Dans beaucoup de pays, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme soulèvent des problèmes importants. Il devient de plus en plus difficile de lutter contre les techniques sophistiquées qu’utilisent ces personnes », a expliqué Yatin Varma. D’où l’importance d’avoir des professionnels pour combattre la fraude. Le gouvernement, a-t-il poursuivi, tente depuis l’indépendance de mettre sur pied des institutions pour aider à lutter contre les white-collar crimes comme la fraude, le blanchiment d’argent et la corruption.
Les coûts qu’occasionnent les fraudes sur les entreprises sont difficilement estimés, n’étant pas toujours détectées. « Celui qui commet le méfait est souvent l’employé en qui ont a le plus confiance… » a souligné l’Attorney General précisant que la corruption est un autre mal ayant des effects désastreux sur la société. « Dans tous les cas de fraude, il faut prouver cinq éléments : 1) la fausse déclaration occasionnant la fraude ; 2) que l’accusé a conscience de la faute commise ; 3) l’intention de l’accusé d’induire en erreur la victime ; 4) le recours légitime de la victime sur cette déclaration ; et 5) le préjudice causé à la victime suite au délit. »
L’organisation internationale Association of Certified Fraud Examiners a été fondée en 1988 par l’expert en matière de fraude Joseph Wells, qui en est le Chairperson. Il a été agent spécial au Federal Bureau of Investigation. La fraude de WorldCom de $ 3,8 milliards, considérée jusqu’ici comme la plus importante de l’histoire des États-Unis, a été découverte par la Certified Fraud Examiner Cynthia Cooper. Harry Markopolos, également membre de l’association, a pour sa part adressé entre 1999 et 2005 trois rapports sur le scandale Madoff.