Le magistrat Raj Pentiah a dans une sentence prononcée cet après-midi condamné Yeoh Wei Tyng et Choo Kui Chou à 20 mois de prison. Ces deux ressortissants malaisiens avaient fabriqué de fausses cartes de crédit avec lesquelles ils ont effectué des achats à travers l’île après leur arrivée à Maurice. Ils étaient arrivés en octobre 2012. Les 228 jours qu’ils ont passé on remand seront déduits de la sentence.
En prononçant la sentence, le magistrat Raj Pentiah a fait comprendre que vu la gravité du délit, la Cour avait le choix d’imposer une peine de prison allant jusqu’à cinq ans ou une servitude pénale allant jusqu’à 20 ans. Mais compte tenu du fait qu’ils avaient plaidé coupable et que les objets qu’ils avaient achetés ont été retrouvés, il leur a imposé une peine de prison de 20 mois, desquels seront déduits les 228 jours passés on remand. Le magistrat leur a cependant fait comprendre que s’ils tentaient de refaire la même erreur s’il leur arrivait de revenir à Maurice, ils seraient condamnés à 20 ans de prison.
Rappelons que les deux ressortissants malaisiens, Yeoh Wei Tyng, 29 ans, et Choo Kui Chou, 35 ans, avaient été trouvés  coupables d’avoir utilisé de fausses cartes de crédit pour acheter des objets de valeur, dont une montre en diamant valant Rs 800 000 et un chaîne en or, saisies lors de leur arrestation l’année dernière. Ils sont arrivés à Maurice le 4 octobre 2012 et s’apprêtaient à quitter le pays mais ont été arrêtés avant de prendre l’avion à l’aéroport SSR avec dans leurs valises tous les produits haut de gamme obtenus avec les cartes de crédits falsifiées. Pendant leur séjour, les Malaisiens avaient loué des chambres d’hôtel à Calodyne-sur-Mer et Les Cocotiers, Baie-du-Tombeau. Ils avaient comme mode opératoire l’utilisation d’une carte pour un achat avant de la détruire.
Yeoh Wei Tyng et Choo Kui Chou étaient recherchés par la police, à qui des responsables de magasins avaient rapporté que les deux suspects avaient acheté plusieurs articles de luxe avec de fausses cartes de crédit. Les deux hommes avaient ensuite quitté leur chambres d’hôtel sans avoir réglé la note. Sur les cartes falsifiées, les noms des deux ressortissants de la Malaisie sont bel et bien inscrits et concordent avec ceux sur leurs cartes d’identité, mais le numéro de la carte bancaire est celui d’une de leurs victimes. Lors de leur interpellation à Plaisance, un des suspects devait se retrouver avec 20 cartes falsifiées restantes, et l’autre trois.