L’ancien syndicaliste Jack Bizlall invite les travailleurs du pays à participer ce samedi, à 14 heures, à une marche de protestation de la Place Margéot, Rose-Hill, au Plaza. À l’issue de cette marche, il tiendra, à 15 heures, un meeting au cours duquel il promet de dénoncer la politique de privatisation, les cas de fraude, de corruption, de gaspillage, d’abus de pouvoir, entre autres, en nommant publiquement les responsables.
« Le Collectif des secteurs libérés organise le samedi 14 juillet à Rose-Hill une marche de protestation, suivie d’un meeting au kiosque du Plaza, pour dénoncer la politique de privatisation, des cas de fraude, de corruption, de gaspillage de fonds publics, d’abus de pouvoir, entre autres, en citant les noms des responsables ! » a promis Jack Bizlall lors d’une rencontre avec la presse mercredi au Centre social Marie-Reine-de-la-Paix à Port-Louis.
« Il ne suffit pas de parler des effets de la fraude, de la corruption, du gaspillage de fonds publics, d’abus de pouvoir… sur la société mauricienne. Il faut aussi pouvoir analyser les causes qui sont systémiques, sans pour autant oublier qu’il y a des gens qui en sont responsables. Je vais dénoncer nommément les responsables ! Il faut les dénoncer en citant leur nom ! » insiste l’intervenant.
Jack Bizlall explique que le Collectif des secteurs libérés est une plateforme nouvellement constituée qui comprend pas moins de 26 syndicats des secteurs suivants : CEB, CWA, AMB, Air Mauritius, AML, MCA, MCSMAA, Casinos, MITD, MCIA (MSA, SPMC, MSTC, MSIRI), MBC, CHCL, MPA, NHDC, les municipalités de Curepipe, Port-Louis, Vacoas, Beau-Bassin/Rose-Hill et Quatre-Bornes, STC, MDFP, RDA, TB, OIDC, ECCEA, etc.
« Nous invitons tous les travailleurs de Maurice à participer à notre marche de protestation pour faire savoir qu’ils sont contre la fraude, la corruption, le gaspillage des fonds publics, les abus de pouvoir, la dégradation constante de notre société et ces scandales qui secouent notre pays », explique Jack Bizlall.
L’intervenant affirme que le collectif a été institué pour « rehausser la culture syndicale, la culture politique et la culture citoyenne » de la population. « Devant cette dégradation sociale à laquelle nous assistons tous, personne n’a le droit de rester les bras croisés et chacun a le devoir de réagir en participant à des actions citoyennes comme cette marche de protestation de samedi à Rose-Hill », lance-t-il. Il affirme que l’action de ce collectif va au-delà des clivages politico-syndicaux. « Notre action est complémentaire à l’action syndicale et nous veillerons à ce que certains secteurs ne soient ni privatisés, ni dégradés en termes de services offerts à la population, ou ni démantelés par la fraude, la corruption et le gaspillage. Nous allons mener une vraie action politique dans le sens large du terme pour redresser cette situation pourrie », explique-t-il.
L’ancien syndicaliste s’est également interrogé sur l’implication ou non du Premier ministre Navin Ramgoolam dans cette dégradation sociale de Maurice. « Si li au kouran, me ki sa degradasyon-la pa interess li, li bizin ale, parski li pa gagn drwa less sa pei-la dezenere. Eski li o kouran, me so lamin anba ros vis-a-vis bann lobi socio-kiltirel ? Si se sa, ler-la, Parti travailliste bizin reinir ek swazir enn lot leader. »
Dans le sillage de la manifestation de samedi, annonce Jack Bizlall, le Collectif des secteurs libérés, en collaboration avec l’Observatoire de la démocratie, publiera un document critique sur le rôle du secteur public et de sa bureaucratie. Un autre document, cette fois sur le « rôle mafieux » de la franc-maçonnerie dans les secteurs d’activités socio-économiques à Maurice, sera aussi publié dans un deuxième temps, a-t-il indiqué. « Pou ki Moris ? Pou nou tou, pa zis pou enn ti group. Nou pa kapav less nou pei dezenere, res le bra krwaze ! »