Source photo: FSC

Une dizaine de jours après l’arrestation par des agents du Federal Bureau of Investigation (FBI) des États-Unis d’Arvinsingh Canaye, aussi connu sous le nom Vinesh, âgé de 30, directeur de Beaufort Management Services Limited, l’étau se resserre autour de cette dernière Management Company. La directrice et principale actionnaire de cette société, Hema Soondram, également chargée de cours en fiscalité à l’université de Maurice, a été longuement entendue par la Financial Services Commission au cours de la semaine écoulée. D’autre part, un des contacts professionnels de Vinesh Canaye, un haut cadre financier d’un des frontline corps paraétatiques, est dans le collimateur du FBI, qui est en quête de compléments d’information à son sujet et sur ses activités professionnelles.

Au cours de la semaine, les responsables des investigations de la Financial Services Commission ont longuement interrogé Hema Soondram au sujet des opérations de la Ma- nagement Company Beaufort Management Services Ltd, dont la licence a été suspendue et la société placée sous administration au terme des dispositions de la Financial Services Act. La séance d’interrogatoire était axée sur des opérations de blanchiment de fonds alléguées au nom d’autres sociétés à l’étranger.

Pour la prochaine étape de cette investigation, la FSC pourrait entériner la décision d’avoir recours aux services d’une forensic auditing firm internationale du calibre de Kroll International pour soumettre un rapport détaillé sur la gestion des fonds de Beaufort Management Services Limited. « Les opérations de blanchiment de fonds sont montées avec une telle sophistication qu’un premier relevé arrive difficilement à permettre de discerner le mécanisme adopté », indiquent des sources autorisées proches de la FSC.

Mais dans le cas de Beaufort Management Services Ltd et d’Arvinsingh Canaye, l’équation se complique avec la présence dans le dossier du FBI du nom d’une tierce partie en tant que complice de certains transferts de fonds, faisant l’objet d’enquête. C’est un haut cadre financier ayant évolué professionnellement dans le giron de Beaufort Management Services, mais qui fait partie de l’establishment d’un des corps paraétatiques les plus en en vue.

Mais avant d’atterrir à ce dernier poste, ce professionnel de la finance occupait les mêmes fonctions dans un autre corps paraétatique du monde sucrier. Il avait fait l’objet de graves accusations de détournement de fonds, portant sur des millions de roupies. Cette affaire avait même fait l’objet d’une déposition consignée formellement par la direction de ce corps para- public. Toutefois, compte tenu de la proximité de ce cadre financier avec certaines VVIP politiques, la police de Karl Mario Nobin avait fait preuve de discrétion, car très peu de progrès ont été réalisés dans cette enquête.

Toutefois, avec des indications en provenance des États-Unis au sujet de son implication dans des délits allégués de blanchiment, des pres- sions ont été exercées sur la police en vue de rouvrir ce dossier « kept in abeyance » pendant un certain temps. Le principal concerné pourrait être convoqué incessamment pour interrogatoire under warning.

Affaire à suivre…