Le département des douanes et du Fiscal Investigation Department (FID) de la Mauritius Revenue Authority (MRA) a procédé vendredi dernier à la saisie de trois voitures de luxe, une Mercedes SLS63, une Porsche Cayenne et une Porsche Panamera. Cette opération fait suite à une enquête d’une durée de cinq mois. Les véhicules sont théoriquement les propriétés des returning residents mais ne sont pas utilisés par les bénéficiaires en question.
Selon les dispositions de la loi, les returning residents sont des Mauriciens ayant vécu à l’étranger durant dix ans ou qui ont travaillé dans un pays étranger pendant cinq ans et qui rentrent au pays définitivement. À leur retour, ils peuvent importer des voitures de luxe en étant exemptés de certains droits. Cependant, ils sont les seuls à pouvoir utiliser ces véhicules et ne sont pas autorisés à les vendre avant la fin d’une période de quatre ans.
Or, dans la présente situation, apprend Le Mauricien de la MRA, ce sont des tierces personnes qui roulent les trois véhicules saisis. « Ces voitures de luxe sont les cibles des officiers de la MRA qui enquêtent dessus depuis plusieurs mois », fait ressortir notre interlocuteur qui précise qu’ils ont procédé sur la base des soupçons.
« Les personnes concernées rentraient au pays avec des voitures de luxe et par la suite, ne les utilisaient pas. D’autres personnes les roulaient. Ce qui se passent, c’est que souvent ceux qui rentrent, étant exemptés de ces droits, achètent un véhicule à leur nom pour une tierce personne. Notre enquête a confirmé qu’il y a eu breach of Customs Tariff Act », poursuit notre interlocuteur. Ainsi, le vendredi 21 septembre, les officiers de la MRA ont mené une opération simultanément dans neuf endroits du pays. Sans donner de précision sur ces lieux, le porte-parole de la MRA indique qu’ils ont effectué des descentes notamment chez des courtiers et importateurs de voitures neuves.
Les trois véhicules ont été importés par des returning residents qui ont vécu en Angleterre, fait ressortir notre interlocuteur. Selon lui, ces voitures valent plusieurs millions de roupies. Elles représenteraient aussi un manque à gagner de plusieurs millions de roupies pour la MRA. L’enquête se poursuit. « On veut découvrir s’il n’y a pas d’autres fraudes qui y sont associées. Les propriétaires seront interrogés pour déterminer l’ampleur de cette affaire, y compris en termes financières. »
Au Mauricien, le porte-parole de la MRA indique qu’en outre, d’autres enquêtes sont en cours pour combattre la fraude douanière, notamment en ce qu’il s’agit des trafics de boissons alcoolisées et de cigarettes.