Mykola Khliupta, Andrii Polivanov et Vasyl Ternavchuk, arrêtés le 14 janvier de cette année dans le cadre du démantèlement d’un réseau de fraudeurs de cartes bancaires au préjudice de clients de plusieurs banques européennes ont comparu en Cour intermédiaire hier. Ils ont été inculpés d’Electronic Fraud sous l’article 10 de la Computer Misuse and Cybercrime Act. Après les plaidoiries des avocats de la défense, la cour a fixé la date de la sentence pour le 8 octobre. Ils ont tous plaidé coupable des charges retenues contre eux.
Mykola Khliupta, Andrii Polivanov et Vasyl Ternavchuk, tous âgés de 36 ans et de nationalité ukrainienne, ont comparu en cour intermédiaire hier devant la magistrate Darshini Gayan dans le cadre du procès qui leur est intenté pour fraude électronique. Leurs defense statements donnés à la Cybercrime Office Central CID et à la prison de Grand River North West ont été présentées en cour. Au total, il y a trois statements pris de chacun d’eux en présence d’un interprète conversant en langue russe. Le Main Enquiring Officer dans cette affaire, le PC Bulladin du CCID, a affirmé que les accusés avaient été arrêtés le 14 janvier 2014 et que 31 fausses cartes de crédits avaient été trouvées en possession de Vasyl Ternavchuk. Des sommes d’argent en leur possession avaient été sécurisés par la police.
S’adressant à la Cour, Vasyl Ternavchuk a fait savoir qu’il travaillait comme ingénieur civil, qu’il était marié et qu’il avait un fils de 14 ans. Il a fait ses excuses pour le tort commis et a demandé à connaître son sort au plus vite. Mykola Khliupta a pour sa part expliqué les difficultés encourues d’avoir été en détention préventive dans un pays dont il ne connaît pas la langue et ne connaît pas la culture. Les deux accusés ont fait part de la situation militaire dangereuse en Ukraine et ont demandé à retrouver leur famille au plus vite. Lors de leurs plaidoiries, les avocats, abondant dans le même sens, ont demandé à ce qu’une sentence proportionnelle au délit commis soit rendue et ont demandé à la cour de prendre en considération le fait que leurs clients aient plaidé coupable d’emblée des charges retenues contre eux, qu’ils ont un casier judiciaire vierge à Maurice et qu’ils ont passés plus de huit mois en détention préventive.
Andrii Polivanov, qui a un procès séparé, a quant à lui déclaré qu’avec la situation délicate en Ukraine, sa femme a perdu son travail et a dû quitter le toit familial pour sa sécurité. Il a fait ses excuses, a promis de ne plus commettre de tels délits et a demandé la clémence de la Cour afin de pouvoir retrouver sa famille. La magistrate Darshini Gayan a fixé la date de la sentence au mercredi 8 octobre. Vasyl Ternavchuk est représenté par Me Nasrin Sondagur, Mykola Khliupta par Me Raouf Gulbul et Andrii Polivanov par Me Ramdhany.
Rappelons que l’enquête du Central CID sur le réseau d’escrocs venant d’Ukraine, avec l’usage de cartes bancaires trafiquées pour des retraits, a débouché sur l’arrestation des trois ressortissants ukrainiens, qui avaient été trouvés en possession de 31 fausses cartes bancaires. Ils étaient venus à Maurice avec de fausses cartes de crédit ainsi que des codes PIN pour voler les comptes de leurs victimes, ciblées en Europe. Les trois Ukrainiens sont arrivés à Maurice le 9 janvier et devaient quitter le pays le 20 janvier. Mykola Khliupta, propriétaire d’un cybercafé dans son pays, avait été appréhendé à l’aéroport SSR alors qu’il tentait de quitter le pays précipitamment à bord du vol d’Emirates Airlines à destination de Dubaï. Andrii Polivanov et Vasyl Ternavchuk, eux, avaient été interpellés dans leur chambre au Gold Nest Hotel par une escouade de la CID de Quatre-Bornes. Après examen des enregistrements des caméras de surveillance installées pour des besoins de la sécurité sur des ATM ciblés de Quatre-Bornes, les hommes de la CID de Quatre-Bornes et du Central CID ont pu retracer les trois hommes. Après l’arrestation des deux premiers, un « Notice of Arrest on Departure » a été émis par le Central CID contre le troisième. Mykola Khliupta s’était présenté au comptoir du Passport and Immigration Office à l’aéroport. Dans l’une des banques concernées, des retraits frauduleux de Rs 151 000 avaient été confirmés à partir des 31 cartes de crédits saisies sur eux.